Saïd Djabelkhir est une nouvelle fois au centre d’une nouvelle polémique. En effet, l’islamologue subit des tirs groupés de la part du ministre des affaires religieuses, de la coordination des imams ainsi que de certains députés d’obédience islamiste. Il est accusé d’atteinte aux percepts de l’islam et de semer la discorde au sein de la société. Et ce, suite à une publication sur Facebook où il défendait la célébration de Yennayer et affirmait que même le pèlerinage et le sacrifice du mouton de l’Aïd étaient des pratiques païennes.

Ces déclarations n’ont pas été du goût du ministre des affaires religieuses. Youcef Belmehdi n’a donc pas tardé à réagir, lui qui a affirmé qu’ « il faut barrer la route à ceux qui profitent de la pluralité culturelle algérienne pour semer la discorde dans la société ». Il a ajouté que « ceux qui veulent servir le pays n’ont pas besoin de ceux qui sont au service d’agenda de parties étrangères ». Il s’est prononcé lors d’une Conférence sur « l’unité nationale dans le patrimoine amazigh » où tous les présents faisaient allusion à l’islamologue Saïd Djabelkhir.

Djabelkhir ciblé également par la Coordination des imams et le ministre des Affaires religieuses

De son côté, la coordination nationale des imams a qualifié la déclaration de Saïd Djabelkhir   d’« empoisonnée et non innocente. Elle porte atteinte aux constantes de l’islam en traitant le pèlerinage et le sacrifice de l’Aïd de pratiques païennes ». Le syndicat des imams a dénoncé ces propos et appelé Abdelmadjid Tebboune à intervenir « pour actionner la justice et mettre fin à ce genre d’agissements ».

Quant au député islamiste du MSP Lakhdar Brahimi, il a appelé la justice à intervenir pour juger l’islamologue. Il affirme que les déclarations de Saïd Djabelkhir sont « une atteinte aux percepts de l’islam ». Le député appelle aussi Abdelmadjid Tebboune à intervenir contre tous ceux qui « portent atteinte à l’islam et à l’unité nationale de quelque façon que ce soit, écrits, dessin ou autres ».

Saïd Djabelkhir répond à ses détracteurs

Pour sa part, l’islamologue à réagi à cette nouvelle campagne en expliquant avec des textes coraniques à l’appui que « ces pratiques “pèlerinage et sacrifice du mouton” ont existé avant l’islam ». Il ajoute qu’ « à son arrivée, cette religion les a adoptées et unifiées ».

Il faut rappeler par ailleurs que ce n’est pas la première fois que l’islamologue subit une campagne de dénigrement de la part des islamistes. Ses propos par rapport à la non obligation du jeune dans la religion musulmane le mois de mai dernier lui ont même valu des menaces de mort, de la part des islamistes radicaux.

Lire aussi : Yannayer : La fatwa salafiste qui fait polémique en Algérie