Après la dégradation de l’état de santé de Saïd Bouteflika et celle du général Toufik à la prison de Blida, c’est au tour de celle de Louisa Hanoune. En effet, le Parti des travailleurs a alerté mardi 21 janvier sur la situation inquiétante de la secrétaire générale du parti.

Le Parti des travailleurs a réaffirmé l’exigence de la libération de Louisa Hanoune et alerté l’opinion publique sur l’état de santé de cette dernière. Il appelle « les plus hautes autorités de l’État à agir vite et précipiter sa relaxe ». Le parti avertit et « exprime ses vives inquiétudes et tient pour responsables les pouvoirs publics de cette situation et de toute conséquence ou évolution fâcheuse de l’état de santé de sa secrétaire générale ».

Conditions d’incarcération difficiles

Ainsi, après l’évacuation du général Toufik en urgence à l’hôpital militaire de Aïn Naadja, à Alger, où il a subi une intervention chirurgicale suite à la dégradation de son état de santé, les informations sur la mauvaise santé, tant mentale que physique, de Saïd Bouteflika, c’est au tour de Louisa Hanoune de subir le même sort. La leader du PT est gravement malade. Son cas nécessite une prise en charge à l’extérieur de la prison.

Cette situation relance le débat sur les conditions d’incarcération des trois personnages condamnés à 20 et 15 ans de prison pour « complot contre l'armée ». En effet, les familles des détenus ainsi que leurs avocats ont déjà dénoncé des conditions d'incarcération difficiles.

Ils ont mis en évidence l’absence de prise en charge pour les maladies, notamment de Louisa Hanoune et du général Toufik. Ce dernier traînant une ancienne blessure à la jambe. Quant à Saïd Bouteflika, des informations circulent sur sa démence. Son cas nécessite une prise en charge tant psychologique que physique. Des soins que la prison de Blida n’a pas les moyens de prodiguer.

Lire aussi : Saïd Bouteflika et le général Toufik seront-ils libérés en février ?