L’imam de la mosquée Djamaa EL Kebir à Alger Ali Aya a perdu le contrôle devant les caméras mercredi 22 janvier. Ce dernier a usé de paroles obscènes pour traiter ceux qui nient l’existence de savants en Algérie.

Ainsi, le prédicateur a utilisé des termes très vulgaires et obscènes. Ali Aya a commencé son intervention par un constat sur ce que disent les jeunes d'aujourd’hui. Il déclare : « Nous avons ouvert les portes pour entendre nos enfants dire que l’Algérie ne compte pas de savants, qu’elle ne compte pas d’imams, ni de Moudjahidine ». 

L’imam s’est ensuite emporté pour prononcer une phrase que parfois même des amis du même âge n'osent pas prononcer quand ils sont ensemble. Ali Aya s’est rendu compte de sa bourde et a demandé à ce qu’on retire les mots et a demandé des excuses aux présents.

Il faut rappeler que l’imam de Djamaa EL Kebir, Ali Aya est connu dans la sphère médiatique pour ses prêches controversées. L’imam salafiste habitué des plateaux de télévisions a par le passé appelé les imams à fréquenter les bars pour faire la prédication. Ali Aya est aussi connu pour avoir servi de médiateur entre l’ancienne ministre de l’éducation Nouria Benghebrit et les syndicats des enseignants.

Il fait aussi partie du courant salafiste qui refuse toute forme de protestation et qui considère illicite de ne pas obéir aux gouvernants. L’imam de la mosquée Djamaa EL Kebir a aussi appelé à voter pour le cinquième mandat du président déchu Abdelaziz Bouteflika pour barrer la route aux « aventuriers ».

À lire aussi :  En Kabylie, l'arbitrage d'un tournoi de football par des femmes fait polémique

Lire aussi : Algérie : Vaste campagne islamiste contre l'islamologue Saïd Djabelkhir