Deux détenus du mouvement populaire "Hirak" de Mostaganem, Brahim Daouadji et Oussama Tifour ont retrouvé leur liberté ce lundi 27 janvier après plus de trois mois de détentions. Le Tribunal de Mostaganem les a condamnés à trois mois de prison ferme.

A quelques 80 kilomètres à l'est de la capitale de l'ouest, Oran, deux familles et des frères de lutte sont heureux. Deux des leurs ont retrouvé la liberté malgré leur condamnation par le tribunal de Mostaganem. Les jeunes Brahim Daouadji et Oussama Tifour ont purgé leur peine de trois mois prononcée par le tribunal de la ville.

Le tribunal correctionnel de cette ville de l'ouest n'a visiblement pas apprécié le réquisitoire du procureur de la République. En effet, ce dernier a requis une lourde peine à l'encontre des deux manifestants, soit 18 mois de prison ferme.

Pour rappel, Brahim Daouadji, c'est ce militant du Hirak qui a participé en octobre à la perturbation de la visite de l'ex-ministre de la jeunesse et des sports Raouf Bernaoui à Mostaganem. Son interpellation a défrayé la chronique et a fait scandale puisqu'elle a eu lieu alors que son fils de trois ans était avec lui. Avant qu'il ne soit mis en détention provisoire, son fils avait été retenu pendant plusieurs heures au siège de la police.

Cette libération intervient après une période de répression qui a vu des manifestants se faire embarquer en masse. C'est peut-être une période qui connaîtra une nouvelle vague de libération après celle lancée à la fin du mois de décembre. C'est ainsi que plusieurs détenus ont retrouvé la liberté depuis cette date. L'avenir proche montrera donc les intentions réelles des responsables de l'Etat sur cette question.

Lire aussi : Alerte. Algérie : Des détenus d’opinion libérés de nouveau arrêtés