Le ministère algérien des Affaires étrangères a rendu public, ce samedi 1er février, un communiqué dans lequel il a répondu aux déclarations du président turc, Recep Tayyip Erdoğan concernant les crimes français en Algérie.

« L’Algérie s’étonne des déclarations du président de la Turquie, Recep Tayipp Erdogan, dans lesquelles il a été prêté au président de la République Abdelmadjid Tebboune des propos sortis de leur contexte, portant sur une question historique concernant l’Algérie », indique le communiqué. « Les questions mémorielles complexes ont une sacralité et une sensibilité particulières pour le peuple algérien. De tels propos ne servent pas les efforts que fournissent l’Algérie et la France pour régler les questions mémorielles », ajoute le MAE.

En guéguerre avec la France notamment au sujet de la guerre en Libye, Erdogan a sorti à nouveau la carte de l’Algérie. Le président turc a rappelé les massacres commis par la France coloniale en Algérie. Erdogan a révélé au quotidien progouvernemental turc « Daily Sabah » que le président algérien Abdelmadjid Tebboune lui a assuré que les Français « ont massacré plus de 5 millions d’Algériens en 130 ans ».

En réponse, le président turc a demandé à son homologue algérien de partager les documents liés aux crimes français en Algérie. « Si vous m’envoyez des documents à ce sujet ( crimes de la France en Algérie, ndlr ), nous serons très heureux. Je savais que des millions de personnes ont été tuées, mais je n’imaginais pas un tel chiffre », a déclaré Erdoğan, dans des propos relayés par Daily Sabah, précisant que « la plupart des dirigeants mondiaux ne connaissent pas ce nombre ».

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

Il faut dire que ce n’est pas la première fois que Recep Tayyip Erdogan s'en prend à la France avec l’argument algérien. En 2011, alors qu’il était Premier ministre, le chef de l’État turc avait accusé la France d’avoir commis « un génocide » en Algérie.