L’Algérie a fait appel à une agence française pour la rénovation de son vieux bâti. En effet, Agence française de développement (AFD) a annoncé mardi 4 février qu’elle prendre en charge pendant deux ans, une intervention opérationnelle de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine française (ANRU) en Algérie à la demande du gouvernement algérien.

Ainsi, les Français auront pour tâche d’accompagner la rénovation des quartiers anciens dégradés notamment ceux de la casbah d’Alger qui sont dans un état de délabrement avancé. « L’Algérie a subi une urbanisation rapide, massive et disparate. S’y côtoient des constructions modernes et planifiées, des ensembles auto-construits, spontanés et des quartiers anciens, datant de la fin du XIXe siècle au début des années 1970. Le bâti de ces derniers est aujourd’hui lourdement dégradé. Un tiers du parc immobilier algérien est concerné et près de 20% des logements de la wilaya d’Alger (collectivité territoriale) », explique ladite agence.

Énième opération de réhabilitation des vieux quartiers

L’agence française de développement indique que « le gouvernement algérien souhaite enrayer cette dégradation et dévalorisation progressives du patrimoine urbain. Une convention de financement signée par l’AFD et l’ANRU le 21 janvier 2020 devrait accroître ses capacités à y parvenir ». Elle ajoute que « L’AFD, l’ANRU, le ministère de l’Habitat, la wilaya d’Alger et l’Agence nationale algérienne de l’urbanisme (ANURB) ont construit ensemble un programme d’assistance technique à la hauteur des besoins identifiés ».

À lire aussi :  Affaire Future Gate : Voici le sort de Numidia Lezoul et des autres influenceurs

L’AFD précise que sa mission consiste notamment à « accompagner la préparation d’une opération pilote dans un quartier d’Alger et le déploiement d’un programme national de renouvellement des tissus urbains anciens dégradés, décidé par le gouvernement algérien par un décret de 2016 ».

Il faut rappeler que plusieurs programmes ont été déjà mis en œuvre pour la réhabilitation des anciens quartiers d’Alger. Des sommes colossales ont été dépensées avec des agences spécialisées dans la réhabilitation du patrimoine historique sans aucun résultat concret.

Lire aussi : « Aucune entreprise française n’a quitté l’Algérie »