Algérie - Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid a réagi à la polémique qu’il a suscitée suite à ses déclarations sur la cherté des traitements contre le cancer. Il affirme dans un communiqué rendu public dimanche, 9 février, que la question relative aux coûts des traitements relève des compétences des experts en oncologie.

Ainsi, pour mettre fin à la polémique, le ministre de la santé signale que « l’acquisition et la prescription des traitements innovants relèvent de l’avis des experts qui ont l’expertise à même de confirmer le rapport entre le service médical rendu (SMR) et l’aspect économique dans le cadre de la pharmaco-économie ».  Abderrahmane Benbouzid a aussi tenu à préciser que « plus de 60,5 milliards de dinars ont été mobilisés en 2018 pour l’acquisition des médicaments des classes de la cancérologie et de l’hématologie, soit deux fois plus qu'en 2015 ».

De son côté, le Pr Kamel Bouzid, chef du service d’oncologie au Centre Pierre-et-Marie-Curie d'Alger appuie les déclarations du ministre. Il ajoute que « de mon point de vue, il y a eu une mauvaise interprétation volontaire ou non du discours du ministre par certains journalistes, notamment Ennahar, mais je ne pense pas que le Pr Benbouzid de par sa fonction de médecin avance de telles assertions » .

Kamel Bouzid salue les décisions du ministre et affirme que « des malades ont besoin de ces traitements pour certaines localisations et ils sont aujourd’hui identifiés. Il suffit de mettre les moyens financiers nécessaires au profit des établissements qui seront également identifiés et commander les quantités nécessaires. Seuls les patients éligibles peuvent bénéficier de ces thérapies prescrites par des oncologues qualifiés et expérimentés. Ces malades seront traités et suivis selon les recommandations retenues ».

L’origine de la polémique

La polémique sur les coûts des traitements contre le cancer s’est déclenchée suite aux propos du ministre de la Santé lors de la Conférence internationale d’oncologie neurologique qui s’est tenue à Alger. Abderrahmane Benbouzid a affirmé que l’Algérie « n’a pas les moyens d’acquérir les traitements innovants pour lutter contre le cancer ». Le ministre de la Santé a expliqué qu’à cause de « la crise économique que traverse le pays », l’Algérie est dans l’incapacité financière d'acquérir les médicaments innovants pour traiter le cancer. Il a souligné que « même les pays développés sont incapables de les acheter ».

Ces déclarations ont soulevé un tollé général surtout qu’en parallèle, le chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune multiplie ses aides aux pays étrangers et annonce la création d’une agence qui soutiendra le développement dans les pays africains.

Lire aussi : Enfant cancéreux renvoyé d’un hôpital : Le ministre de la Santé réagit