Le groupe média Ennahar a réagi, ce jeudi 13 décembre, suite à l’arrestation de son président-directeur général Anis Rahmani, de son vrai nom Mohamed Mokadem. Ce dernier a été interpellé dans l’après-midi de mercredi à Alger.

Dans un communiqué rendu public sur son site internet, le groupe Ennahar indique que « Anis Rahmani a été arrêté mercredi, aux environs de 16h00, par des éléments en civil et conduit au siège de la brigade de recherche et d’investigation de Bab Jdid sans recevoir aucune convocation ».

« Jusqu’à ce jeudi, Anis Rahmani n’a pas été présenté à aucune autorité judiciaire », précise la même source. Au moment de l’interpellation, le patron du groupe média Ennahar ( une chaîne de télévision d’informations générales et deux quotidiens déclinés en français et en arabe, nldr ) « était en compagnie de son épouse, directrice de rédaction à bord de son véhicule se dirigeant vers le domicile de sa mère au Quartier Kourifa à El Harrach comme il a l’habitude de prendre de ses nouvelles à chaque soir », indique la même source.

Le groupe médiatique souligne dans son communiqué que « dès sa sortie du siège du groupe Ennahar, il a été suivi par un convoi de véhicules banalisés à leur bord plusieurs personnes. Trois de ces véhicules ont obstrué le chemin de la voiture du PDG d’Ennahar et de son épouse au niveau de la rocade menant de Ben Aknoun vers Dar El Beida, plus précisément à la Concorde ».

Anis Rahmani, qui a édifié un empire médiatique et financier en un laps de temps relativement était dans l’œil du cyclone depuis plusieurs mois. Par le passé, il s’est distingué par son soutien indéfectible à l’ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika et son frère Saïd. 

Lire aussi : Anis Rahmani et Ahmed Hafsi condamnés à la prison ferme