Le système de santé en Algérie est défaillant. Les malades algériens qui n'ont pas les moyens pour se payer des soins à l'étranger ne savent plus à quel saint se vouer. Ils sont vite récupérés par des charlatans qui promettent un remède magique à tous les problèmes de santé. Ceci va des problèmes psychologiques jusqu'aux cancers. L'une de ces méthodes traditionnelles tendance est la Hidjama.

Observ'Algérie a essayé de comprendre la ruée des Algériens sur cette « thérapie » dite prophétique. Nous avons alors contacté un praticien du nom de Adel. S, pour se renseigner en se disant atteint d'une pathologie discale. Ce dernier a même ouvert une clinique à Cherraga dans la banlieue d'Alger. Il nous affirme qu'il a traité plus de 5000 cas avec un taux de réussite de 100% : « J'ai traité pas moins de 5000 cas, pendant mes 15 ans de pratique. Ils arrivent sur des fauteuils roulants et ils repartent sur leurs pieds, guéris !».

Répondant à nos questions sur l’efficacité présumée de cette méthode, Adel. S dit que son remède magique « ne s'attaque pas aux pathologies, mais aux douleurs qu'elles engendrent » tout en expliquant qu'il ne fait pas du commerce sur le malheur des gens. Cependant, il ne cache pas la réussite de son affaire : « Je reçois 20 patients par jour. Notre consultation est abordable, elle coûte 600 DA. Nous utilisions du matériel stérilisé à chaque intervention », nous apprend t-il.

À lire aussi :  Pourquoi les Algériens se marient moins et veulent moins d'enfants ?

Acculé par des questions techniques liées à la pathologie qu'il prétend guérir après une séance de quelques dizaines de minutes, il se défend en accusant les médecins algériens de faire de leurs patients une marchandise : « Dans le cas d'une hernie discale, le taux de réussite d'une intervention chirurgicale est de 1% (Taux contesté par toutes les sources fiables qui parlent plutôt de 85% de réussite, NDLR). Les médecins poussent les patients à recourir à la chirurgie, pour gagner de l'argent. Je reçois plusieurs cas par jours se plaignant d'une opération chirurgicale qui a mal tourné. Ils arrivent sur des fauteuils roulants et repartent sur leurs pieds », affirme Adel. S.

Le praticien nous invite à visiter sa clinique à Cherraga en affirmant une nouvelle fois que « les pathologies discales n'ont aucun autre remède que la Hidjama », avant de faire volte-face quand il apprend qu'il parlait avec un journaliste. Selon Adel. S, sa seule expérience avec un journal arabophone algérien, n'était pas encourageante et qu'il préférait rester discret.

Des malades en détresse et des charlatans qui instrumentalisent la religion ?

Selon un rhumatologue interrogé par ObservAlgerie : « aucune étude scientifique n'a prouvé des bénéfices réels de la cupping thérapie (Hidjama sec). L'effet placebo serait probablement la raison derrière le soulagement momentané de quelques patients, notamment si cette thérapie est couverte par une tradition religieuse. ». Le même spécialiste explique également que « 95% des cas d'une hernie discale guérissent au bous de 3 à 6 mois et que seuls 5% des cas nécessitent une intervention chirurgicale. Le taux de réussite franc des intervention est de 85%.».

À lire aussi :  Plainte déposée par le Club des avocats marocains contre Hafid Derradji

Citant les travaux du professeur en biomécanique Mcgill Stuart, le spécialiste nous explique également qu'en « suivant une période de réhabilitation active avec une hygiène vertébrale, a prouvé son efficacité dans la limitation des recours aux interventions chirurgicales. Sauf bien entendu des cas urgents », conclut-il.