Les membres de l’assemblée générale de l’Organisation mondiale de sécurité anticorruption (Omsac) ont élu l'Algérien Mourad Mazar à la tête de l’Organisation non-gouvernementale, lundi à Genève (Suisse), rapporte l'Agence officielle (APS).

C’est une belle promotion qu’aura connue Mourad Mazar qui a été élu, lundi dernier, à l'unanimité à la tête de l’Omsac, a indiqué un communiqué de la cellule de communication de l’organisation.L’Algérien a été soutenu par la majorité des membres, notamment l’ex-président de l'organisation. Mourad Mazar, 53 ans, était au départ en concurrence avec trois autres candidats qui ont fini par se retirer au profit de l’Algérien.

Le communiqué a précisé qu’un secrétaire général devrait être nommé dans moins d’une semaine. La nomination et les répartitions des fonctions au sein du bureau exécutif de cette organisation devraient avoir lieu lors de la première réunion programmée à la fin du mois de mars.  « C’est un honneur pour moi et mon pays, l’Algérie, d’être à la tête d’une telle mission », a-t-il affirmé à l’issue de son élection, assurant qu’il sera « le président, au sein de cette organisation mondiale, de toutes et tous, dans un esprit de respect, d’écoute et de tolérance ».

Rappelons que Mourad Mazar a occupé récemment le poste de président de la Fédération internationale anticorruption sportive. Cette structure passe désormais sous la coupe de l’Omsac. Selon cette ONG, la corruption touche aujourd'hui tous les pays qu'ils soient développés ou non. La corruption constitue, selon elle, un frein au développement économique et durable, et favorise le développement d'activités criminelles et terroristes.  

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

Indéniablement, c’est un honneur pour l’Algérie et pour les Algériens de voir un concitoyen à la tête d'une telle organisation. Cependant, il ne faut pas oublier que Mourad Mazar est issu de l’un des pays les plus touchés par la corruption.

Lire : Algérie : La justice accélère les procédures contre la corruption