Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer, a affirmé mardi 18 février à Alger que le gouvernement a décidé de contrôler l’activité des médias audiovisuels et électroniques. En effet, Amar Belhimer a annoncé la mise en place d’un « encadrement juridique » pour ces médias.

Le porte-parole du gouvernement a déclaré que « les médias audiovisuels et électroniques seront prochainement encadrés juridiquement car ils sont déjà agréés ». Il a ajouté que « le problème c’est que ces médias évoluaient dans un secteur de non-droit ». Amar Belhimer a profité de l’occasion pour tirer à boulets rouges sur les gouvernements précédents qu’il a accusés d’avoir « fait très peu cas de la place du droit comme mode de régulation » et d’avoir usé du « droit de la force et non de la force du droit ».

Amar Belhimer a expliqué que les chaînes de télévision privées ne doivent plus être soumises au droit étranger et qu’un cadre juridique sera créé pour les encadrer dans le droit algérien. Il révèle, par ailleurs, que l’activité de la presse électronique sera aussi encadrée dans les jours à venir. « La presse électronique réunit pour le moment quelque 150 sites électroniques. Nous leur avons donné l’autorisation d’exercer leurs activités en attendant de les encadrer juridiquement à partir de la semaine prochaine ».

Un satellite algérien au service des chaînes privées

Le porte-parole du gouvernement a aussi révélé que l’Etat va « mettre dans la mesure du possible un système qui mettra les chaînes de télévision privées sur le satellite algérien ALCOMSAT1 ». Le ministre, qui affirme qu’aucun site électronique n’est bloqué en Algérie, assure qu’il « prône comme cadre commun de l'exercice du métier de journaliste, une matrice qui repose sur l’équation liberté - responsabilité » .

Ces annonces présentées par le gouvernement comme des avancées dans la liberté de la presse restent cependant très relatives du moment que certains journalistes sont encore en prison et attendent leur jugement. Ainsi, au-delà de l’effet d’annonce, ces mesures peuvent aussi servir à contrôler les médias privés comme c’est le cas des médias publics.

Lire aussi : Classement des principaux sites d’information francophones en Algérie