Le président français, Emmanuel Macron a annoncé ce mardi 18 février, que les enseignants étrangers dont les Algériens désignés par les gouvernements d'autres pays dans la cadre de e dispositif de cours facultatifs en langues étrangères (Elco), sera supprimé à la prochaine rentrée scolaire, indique l’AFP.

Selon la même source, Emmanuel Macron a décidé de supprimer « à partir de la rentrée de septembre 2020, les enseignements en langues et culture d'origine étrangère sur le sol de la République ». Les enseignements en langues et culture d'origine étrangère (Elco) concernent neuf pays qui sont : Algérie, Croatie, Espagne, Italie, Maroc, Portugal, Serbie, Tunisie et Turquie

« Le problème que nous avons aujourd'hui avec ce dispositif, c'est que nous avons de plus en plus d'enseignants qui ne parlent pas le français (...), que nous avons de plus en plus d'enseignants sur lesquels l'Education nationale n'a aucun regard », a expliqué Emmanuel Macron.

« On ne peut pas enseigner des choses qui ne sont manifestement pas compatibles ou avec les lois de la République ou avec l'Histoire telle que nous la voyons », a-t-il déclaré.  

La France a trouvé un accord avec l’Algérie

Le président français a révélé également que des négociations ont été engagées par les ministres de l'Éducation nationale et des Affaires étrangères français, avec les pays concernés pour mettre fin à ce dispositif, qui sera remplacé, pour les pays avec lesquels le gouvernement trouve un accord, par des Enseignements internationaux en langue étrangère (EILE).

À lire aussi :  Abdelmadjid Tebboune réagit aux nouvelles déclarations de Pedro Sánchez sur le Sahara occidental

Emmanuel Macron a annoncé qu’un accord a été trouvé avec tous les pays concernés, sauf la Turquie. Il a tenu à « saluer le travail exemplaire » avec le roi du Maroc ou le président algérien sur « une capacité à bâtir des solutions en matière éducative et religieuse ».

Les propos de Macron révèlent qu’un accord aurait été déjà, trouvé entre la France et l’Algérie pour mettre fin à ce dispositif qui permettait à des enseignants algériens à la charge de gouvernement algérien de dispenser des enseignements sur leur culture d'origine aux membres de la diaspora algérienne en France.