Ce dimanche 23 février au tribunal Sidi M'hamed d'Alger, le verdict des 20 manifestants arrêtés le 17 janvier dernier lors de la 48e marche du mouvement populaire est tombé.

Ainsi, à l'issue de leurs procès respectifs, tous les manifestants ont été condamnés. Kamel Nemmiche et Mokrane Laouchedi, deux militants de l'association RAJ, ont écopé chacun de 6 mois de prison ferme et de 20 000 DA d'amende en première instance. Même peine pour Reda Boughrissa. En revanche, une année de prison ferme et une amende de 20 000 DA ont été prononcées à l'encontre de Lamri Mohamed. Enfin, les 16 autres manifestants ont été tous condamnés à 3 mois de prison ferme et à 20 000 DA d'amende, avec requalification des faits, toujours selon le CNLD.

À noter que l'ensemble des manifestants avaient été remis en liberté provisoire deux jours après leur arrestation, soit le 19 janvier dernier, avec convocation pour comparution directe, a indiqué le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook officielle.

Saïda : 1 an ferme pour Houari Elhachemi

Ce matin, au tribunal de Saïda, le verdict est aussi tombé pour Houari Elhachemi, condamné à 1 an de prison ferme et 1 an avec sursis, en sus d'une lourde amende. Pour rappel, Houari Elhachemi, arrêté vendredi 7 février à la marche de Saïda, a été giflé par un policier publiquement avant que celui-ci ne lui porte un coup-de-poing. Il a été placé en garde à vue et présenté dimanche 9 février devant le procureur. Son procès a eu lieu dimanche 16 février et la décision de la justice n'a été rendue qu’aujourd’hui samedi.

À lire aussi :  L'ambassadeur de France au Maroc se désengage de la résolution de l'UE

Skikda : les procès de Toufik Kadous et Oussama Mesbah lundi 24 février

S'agissant des procès des 2 jeunes manifestants de Skikda, Toufik Kadous et Oussama Mesbah, ils auront lieu demain 24 février à partir 9 heures, après avoir été renvoyés deux fois, au tribunal de Skikda. Les deux manifestants sont accusés de "diffamation contre un membre de l'Instance indépendante des élections", toujours selon le CNLD.

Alger : Un an ferme requis contre l'activiste Fodil Boumala

Par ailleurs, le procureur de la République près le tribunal de Dar El Beïda, à Alger, a requis dans l'après-midi de ce dimanche, la peine d'une année de prison ferme contre l'activiste du Hirak, Fodil Boumala. Il a également requis à son encontre une amende de 100 000 d'amende. Fodil Boumala, arrêté le 19 septembre dernier, est poursuivi pour atteinte à l’unité nationale et diffusion de tracts susceptibles de porter préjudice à l’intérêt national. Le verdict dans ce dossier va tomber d'un moment à un autre.