L’écrasante majorité des citoyens marocains (89%) espèrent que les frontières fermées depuis 1994 entre le Maroc et l’Algérie soient de nouveau ouvertes. C’est ce que révèlent les résultats d’un sondage intitulé « L’intégration maghrébine en 2020 » réalisée entre mi-octobre et fin décembre par l’Institut marocain d’analyse des politiques (MIPA).

L’étude statistique qui concerne un échantillon de 1.200 citoyens marocains de différentes catégories sociales répartis sur les 12 régions du Royaume, a montré que 89% des Marocains estiment que les frontières fermées entre le Maroc et l’Algérie devraient être rouvertes. En outre, 58% des personnes sondées pensent que les frontières entre les deux principaux pays du Maghreb seraient ouvertes "au cours des 5 ou 10 prochaines années".

Par ailleurs, l’Institut marocain d’analyse des politiques précise que la région du grand Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye et Mauritanie) représente l’une des régions les moins intégrées politiquement et économiquement au monde. Et « 83% des personnes interrogées considéraient le conflit entre le Maroc et l’Algérie comme le principal facteur entravant le projet de l’Union du Maghreb ».

Pour rappel, l’Association de la Diaspora des Algériens Résidents à l’Etranger (DARE) a appelé dans un communiqué de presse rendu public lundi 24 février, le gouvernement algérien à ouvrir les frontières terrestres avec le Maroc.

La DARE a indiqué qu’ « il n’est plus d’actualité de demander des excuses sur le dossier de la fermeture des frontières car c’est se cacher derrière un fil de laine. Les citoyens des deux pays, Algérie et Maroc, connaissent bien les responsabilités et le contexte politique des deux pays dans la fermeture des frontières, il n’est nullement nécessaire de faire remonter les vieux dossiers inutilement, il faut regarder de l’avant, l’heure est à la construction et à la coopération. »

Lire aussi : Fermeture des frontières algéro-marocaines : Tebboune tacle le Maroc