La cour d’appel de Tizi Ouzou a condamné, ce mercredi 26 février Azaim Djamel, à deux ans de prison ferme pour atteinte aux percepts de l’islam, selon son avocat Kader Houali. Le procès du jeune homme s’est déroulé le 19 février dernier à Tizi Ouzou.

Les faits remontent à plusieurs mois quand Azaim Djamel âgé de 28 ans est poursuivi pour atteinte aux préceptes de l'islam en application de l'article 144-bis 2 du Code pénal algérien. Le jeune homme a publié des critiques sur la religion musulmane sur son compte Facebook, selon ses avocats. Ces derniers estiment que cela fait partie de la liberté de penser. Il a été condamné en première instance par contumace à trois ans de prison ferme et cinquante mille dinars d'amende par le tribunal de Draâ El Mizan.

Azaim Djamel a été refoulé du Maroc

L’accusé se trouvait au Maroc d’où il a été refoulé par la frontière terrestre. Il a été incarcéré à la maison d’arrêt de Draâ El Mizan après avoir fait une halte au commissariat d’Oran. Ses avocats ont alerté l’opinion publique sur les sévices corporels qu’il avait subis durant son transfert. « Les traces des violences sont toujours visibles sur son corps lors de notre visite à la maison d'arrêt de Draa El Mizan. Des hématomes sur sa jambe suite aux coups violents qu'il avait reçu de la part d'une dizaine de policiers. Il ne pouvait pas se tenir debout », affirment-ils.

À lire aussi :  Emmaüs Toulouse : Bons plans pour les étudiants en France

Les avocats de Azaim Djamel considèrent que le verdict est injuste et qu’il porte atteinte à la liberté de conscience. Kader Houali affirme que le collectif d’avocats du condamné va faire appel du verdict. Il a tenu à alerter l'opinion publique sur les représailles et les provocations que subit Djamel Azaim en prison de la part de certains détenus du droit communs par rapport à son cas.

Lire aussi : L’Algérie épinglée par Human Rights Watch sur plusieurs plans