Le tribunal de Sidi M’hamed à Alger a annoncé, dans la soirée de mercredi 26 février, l’acquittement en faveur de Khaled Tebboune, fils du Président algérien, poursuivi dans l’affaire dite « des promotions immobilières ». Le principal accusé, Kamel Chikhi, alias « El Bouchi », a été condamné à huit ans de prison ferme.

La même instance a prononcé une peine de six ans de prison à l’encontre de Kamel Bouarraba, ancien maire de Ben Aknoun. Le chauffeur de l’ex-directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel, a pour sa part écopé de quatre ans de prison ferme assortis d’une amende de 200 000 dinars. Le fils de l’ex-wali de Relizane Djalel Eddine Lamhel a été condamné à quatre ans de prison ferme, tandis que les deux procureurs de la République, Hadef Meslem et Youcef Sadek, ont été innocentés par le tribunal de Sidi M’hamed.

Pour rappel, le procureur de la République a requis deux ans de prison ferme assortis d’une amende de 200 000 dinars contre Khaled Tebboune. Il a été poursuivi pour plusieurs chefs d’inculpation, dont « trafic d’influence », « abus de fonction », « perception de cadeaux indus » et « corruption ». Il avait été placé en détention provisoire en juin 2018, un an et demi avant l'élection de son père à la tête du pays.

À lire aussi :  Allocation touristique : Que peut faire un touriste algérien avec 100 euros ?

Lors du procès ouvert mercredi, le témoignage de Kamel Chikhi, dit El Bouchi, était largement en faveur du fils du président Abdelmadjid Tebboune. Le principal inculpé, poursuivi également dans le lourd dossier des 701 kilogrammes de cocaïne saisis au port d'Oran, a nié devant les juges toute complicité avec Khaled Tebboune.