Le ministère algérien de l'Intérieur et des collectivités locales n'a pas tardé à réagir au récent dérapage du wali de Mostaganem. A travers un communiqué rendu public ce samedi 7 mars, le département de Kamel Beldjoud dit « rejeter » ce genre de comportement qui « touche à la dignité des citoyens ».

Selon le communiqué, le ministère de l'Intérieur et des collectivités locales a rappelé à l'ordre le wali concerné, en lui signifiant que « pour établir la confiance entre le citoyen et l'Etat, les responsables sont tenus d'être attentifs aux doléances de la population locale dans le respect mutuel gouverné-gouvernant ».

« Le droit d'exprimer ses préoccupations reste garanti pour les citoyennes et citoyens dans le cadre des contacts permanents », ajoute le communiqué. Selon le même document, le ministre de l'Intérieur « rejette catégoriquement ce genre de comportement venant d'un commis de l'Etat censé être au service du citoyen (...) ».

Rappelons que le wali de Mostaganem, Abdessamie Saïdoun, s’est montré pour le moins méprisant envers les citoyens qui lui exposaient leurs problèmes, lors de sa sortie, vendredi 5 mars, dans la localité de Sirat, dans la wilaya de Mostaganem.

En effet, dans une vidéo, massivement partagée sur les réseaux sociaux, on voit celui-ci inviter sèchement une femme, menacée d’expulsion du logement qu’elle occupe, à se « débrouiller ». « Va voir avec la commission ! », a-t-il ajouté à la plaignante, qui déplorait la non-prise en charge de sa demande de logement qui date de 1997.

À lire aussi :  Le nombre de migrants clandestins vers l'Europe en forte hausse

Un attitude qui a provoqué un tollé général sur les réseaux sociaux et fait réagir de hauts responsables, parmi lesquels le ministre de l'Intérieur mais aussi le médiateur de la République, Karim Younès, qui a exprimé son indignation à travers un communiqué rendu public.  « Je me suis rendu compte avec désolation de la façon de répondre du wali de Mostaganem à une dame qui lui exposait sa situation », écrit-il.