Des centaines de femmes ont manifesté ce dimanche 8 mars à Alger, à l'occasion de la journée internationale de la liberté de la femme. En effet, elles étaient nombreuses à battre le pavé dans la capitale pour réclamer leurs droits. Cependant, des dizaines d'hommes ont manifesté à leurs côtés.

Ainsi, les femmes qui ont initié cette manifestation ne semblaient pas vouloir dissocier le combat des femmes de celui du Hirak en cours depuis une année. D'ailleurs, de nombreux slogans du mouvement populaire ont été scandés par les femmes manifestantes.

"Etat civil et non militaire" ou "Indépendance" ont été scandés à plusieurs reprises par les femmes participantes. En plus de nombreux autres slogans propres aux combat féministe, notamment celui revendiquant l'abrogation du code de la famille. Les manifestantes ont également scandé "Etat civil et non policier" quand les éléments de la police ont tenté de les empêcher d'avancer. Dans une vidéo, on peut même voir un policier tenter de violenter des manifestantes.

Les femmes réussissent à faire entendre leur voix

Elles étaient jeunes, moins jeunes et âgées dans les rues d'Alger. Aussi, elles étaient voilées ou sans voile. Elles portaient pour la plus part l'emblème national. Elles se sont mobilisées pour ce 8 mars 2020 pour dire que cette date n'est pas un jour de fête pour la femme algérienne, mais un jour de lutte.

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

C'est ce qu'elles ont dit dans leurs différents appels pour les manifestations du 8 mars dans différentes wilayas d'Algérie. On pouvait le lire sur les réseaux sociaux depuis quelques jours déjà. D'ailleurs, le Hashtag "le 8 mars n'est pas une fête" a fait fureur sur la toile. Et si cette date n'a pas mobilisé comme le Hirak du vendredi, il n'en demeure pas moins que les femmes ont réussi à faire entendre leur voix. Que ce soit dans la capitale Alger ou dans certaines autres villes du pays comme Tizi Ouzou, Constantine et Bejaïa. Chaque région à sa manière et selon les moyens des initiatrices.

Lire aussi : Algérie : Le Hirak célèbre son endurance et sa résistance