La terre a encore tremblé en Algérie. Le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) a enregistré, ce dimanche 8 mars, une nouvelle secousse tellurique de 3,6 degrés sur l'échelle ouverte de Richter. 

Cette fois-ci, elle a été signalée du côté de la wilaya de Biskra, au nord-est du Sahara algérien. La secousse, dont l'épicentre a été localisé à 11 kilomètres à l'est de la localité de Djemourah, a été enregistrée à 8h03. Cependant, ce tremblement de terre n'a pas fait de dégâts, mais il a provoqué une grande panique parmi la population locale.

Il faut rappeler que, depuis quelques semaines, plusieurs tremblements de terre ont été enregistrés en Algérie. En effet, la wilaya de Jijel, au nord-est du pays, a connu, à elle seule, une dizaine de secousses depuis le début de l'année en cours. Ainsi, la plus puissante (4,9 degrés) est celle du 24 janvier dernier, dont l'épicentre a été localisé à 3 kilomètres au nord-est de la localité d’El Aouana.

Quelques jours auparavant, le Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique a fait état de deux secousses successives de 3,1 et de 3,6 degrés sur l’échelle ouverte de Richter. Elles ont été localisées dans la région de Dellys, dans la wilaya de Boumerdes, en Kabylie.

Le Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique a tenté de rassurer la population, qui garde en mémoire le terrible tremblement de terre de 2003, lequel a ravagé Zemmouri et plusieurs localités de Boumerdes. Il avait fait aussi de nombreuses victimes à Alger et de Tizi Ouzou. Pour le CRAAG, ces mouvements sismiques sont des phénomènes géologiques normaux.

Lire aussi : Algérie : Une nouvelle secousse enregistrée à Jijel