L’économie algérienne se retrouve dans une situation catastrophique suite à la chute vertigineuse des prix du pétrole. Tous les voyants sont au rouge et la situation est inquiétante. L’économie algérienne se dirige vers la faillite, entraînant avec elle la valeur de sa monnaie sur le marché officiel et, inéluctablement, sur le marché noir.

YouTube video

Ainsi, cette chute des prix du pétrole, qui n’est pas juste conjoncturelle, selon plusieurs analystes, va impacter l’économie algérienne de façon brutale. Elle annonce une année noire pour la valeur du dinar sur les marchés formel et informel. Ce contexte, marqué par des blocages politiques et une situation économique inquiétante, ne donne pas beaucoup de choix au gouvernement.

Ce dernier, qui n’est pas en position de force pour négocier avec les instances financières internationales d’éventuels crédits, ne pourra compter sur le financement non conventionnel, tant décrié, pour juguler l’énorme déficit budgétaire du pays. Cette option impactera sérieusement la valeur de la monnaie sur le marché noir et verra les devises étrangères flamber.

Plusieurs facteurs en défaveur de la valeur du dinar

L’autre facteur qui pèsera sur la valeur du dinar sur le marché noir est aussi lié aux investissements en Algérie. La situation financière du pays, qui oblige à plus de rigueur budgétaire, ne pourra pas inciter les investisseurs à mettre leur argent dans un pays dont la santé financière vacille. Elle favorisera la fuite des capitaux et impactera l’équilibre entre l’offre et la demande sur le marché noir, engendrant ainsi la flambée des devises, notamment l’euro.

Toutes ces difficultés, qui feront rentrer l’Algérie dans un cercle de dépression économique durable, induiront un manque de confiance des ménages en le système bancaire national. Les Algériens changeront leurs argent en euro, afin de mettre leurs économies hors du danger de la chute brutale du dinar. Ils constituent ainsi une nouvelle clientèle de l’euro sur le marché noir et contribuent grandement à la hausse de la valeur de cette monnaie.

Lire aussi : La récession mondiale va-t-elle achever l’économie algérienne ?