Pas moins de 754 travailleurs algériens ont été virés par l'entreprise turque en charge de la réalisation de la pénétrante devant relier la wilaya de Tizi Ouzou, en Kabylie, à l'autoroute Est-Ouest. Les ouvriers toujours sous contrat ont entamé une grève illimitée en soutien à leurs collègues mis à la porte. Conséquence: le projet de la pénétrante, qui accuse déjà un retard énorme, est une nouvelle fois à l'arrêt.

Selon un représentant des travailleurs, cité par le site arabophone Echourouk online, qui a rapporté l'information ce lundi 9 mars, l'entreprise turque a pris la décision de les limoger sans préavis. Selon la même source, le groupe turc n'a même pas payé leurs arriérés de salaire, estimés à quatre mois. Le mouvement de grève a été décidé après l'annonce des noms des employés remerciés. Les autres ont été appelés "à prolonger leurs contrats de deux mois seulement, au lieu d'une année".

Officiellement, la décision de limoger 754 ouvriers, indique le représentant des travailleurs, est motivée par les difficultés financières que traverse le groupe turc. Une entreprise appelée à aller au bout de sa mission et livrer ce projet structurant. Il se trouve, aussi, affirme le même représentant au site Echourouk online, que le délai de réalisation a été prolongé de quatre années supplémentaires, avec une rallonge financière estimée à 2 milliards de dollars.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

En attendant, le projet accuse déjà un grand retard. Lancé en 2014 pour un délai de réalisation de 36 mois, le chantier n'est actuellement qu'à 45 % de taux de réalisation. Il s'ajoute ainsi à la longue listes de ces méga-projets annoncés en grande pompe en Kabylie et qui ne voient toujours pas le jour. C'est le cas notamment du nouveau stade de Tizi Ouzou, dont la livraison ne s'annonce pas pour demain.

A lire aussi : Nouveau stade de Tizi Ouzou : Surcoût, retard et blocage !