Six nouvelles affaires de corruption mettant en cause de ex-ministres vont être traitées par la justice algérienne dans les jours à venir, annonce la télévision publique (ENTV), ce mercredi 11 mars.

Ainsi, des ex-ministres qui n'ont pas été inquiétés pour l’instant et d’autres qui ont déjà été convoqués par la justice vont être jugés pour des faits de corruption. Il s’agit de l’ancienne ministre de l’Industrie dans le gouvernement de Nourdinne Bedoui, Djamila Tamazirt accusée de corruption dans le dossier du complexe Corso.

La deuxième affaire met en cause l’ex-ministre des Télécoms, de la Poste et des TCI, Imene Houda Feraoun, accusée de corruption dans la gestion d’Algérie Telecom. La troisième affaire concerne deux anciens ministres, Chakib Khelil et Noureddine Bouterfa également ex-PDG de Sonelgaz. Ces derniers répondront aux accusations de dilapidation de bien public et abus de pouvoir dans l’affaire de SNC Lavalin qui a fait couler beaucoup d’encre. Quant Hamid Temmar et Mohamed Benmeradi, ils sont mis en cause dans l’affaire concernant l’entreprise Batigec.

Par ailleurs, l’ancien ministre de l'Énergie, Chakib Khelil, proche du cercle de l’ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika est encore cité dans une affaire de corruption en lien avec la société BRC. La dernière affaire concernant Metidji Hocine verra l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal et l’ancien ministre Mustapha Rehiel défiler à la barre de la Cour suprême .

Il faut rappeler que plusieurs de ces anciens ministres ont déjà été condamnés dans d’autres affaires de corruption, d’abus de pouvoir et de dilapidation de biens publics . Ces nouvelles convocations révèlent l’ampleur de la corruption qui a gangrené le pays sous le règne de Abdelaziz Bouteflika.

Lire aussi : « La corruption en Algérie connaît une tendance haussière »