Le directeur de l'Institut Pasteur à Alger s'est exprimé, mercredi 18 mars, sur le prétendu traitement proposé par Bonatiro et qui a fait couler beaucoup d'encre. Fawzi Derrar a affirmé au forum du quotidien El Moudjahid que son institut n'est pas habilité à se prononcer sur l'efficacité d'un vaccin ou d'un médicament.

Ainsi, pour mettre fin à la polémique déclenchée par les déclarations du docteur en astronomie Loth Bonatiro, le directeur de l’Institut Pasteur explique les étapes à suivre pour chaque invention médicale. Il précise que les démarches pour commercialiser n'importe quel médicament n'ont aucun lien avec l'institut en question. Celles-ci passent par d'autres laboratoires et institutions qui donnent leurs quitus.

Fawzi Derrar a profité de l'occasion pour mettre fin aux allégations du très controversé docteur en astronomie qui a prétendu que son équipe attend l'aval de l’institut pour commercialiser « le remède qu'elle a mis au point ».

À l'origine de la polémique

Pour rappel, le docteur en astronomie et technologies spatiales avait déclaré, mardi 3 mars, avoir trouvé un vaccin contre le coronavirus. Loth Bonatiro, fidèle à ses habitudes comme à chaque événement médiatique, a prétendu que son « organisation est parvenue à découvrir le remède contre le coronavirus ». Il a ajouté : « Dans notre organisation, qui regroupe de grands inventeurs et scientifiques algériens, nous avons une équipe de médecins qui est parvenue à trouver le remède contre le coronavirus ». « Nous avons effectué des analyses dans des laboratoires étrangers, et ça a débouché sur de bons résultats », avait-il encore avancé. Le docteur conclut que que lui et ses collaborateurs vont « continuer les analyses ici en Algérie pour ensuite déclarer officiellement ce remède ».

Depuis ces déclarations, le docteur renvoie la responsabilité du retard de la mise en vente du médicament à l'Institut Pasteur, qui, selon lui, n'a pas donné son aval. Les déclarations du directeur dudit institut ont le mérite d'éclaircir les choses ainsi que d’éclairer l'opinion sur les allégations de Loth Bonatiro.

Lire aussi : Algérie : Le ministère de la Santé réagit aux déclarations de Loth Bonatiro