Le coordinateur de l'Union démocratique et sociale (UDS, non-agréé), Karim Tabbou, a lancé un nouvel appel à partir de sa cellule de la prison de Koléa. Publié par son frère sur son compte Facebook, l'appel de Tabbou invite ses fans à ne pas se déplacer vers la prison le jour de sa sortie, prévue le 26 mars, et ce, pour respecter les consignes de distanciation en vigueur depuis l'apparition du virus Covid-19.

« Je le sais, vous êtes nombreuses et nombreux à vouloir venir m’accueillir à ma sortie de prison ce jeudi 26 mars 2020. Vous étiez des milliers à vous mobiliser lors de la tenue de mon procès, votre voix m’est parvenue malgré toutes les mesures d’isolement qui m’ont été imposées par les services de sécurité », déclare d'emblée Karim Tabbou dans le nouveau texte transmis par l'un de ses avocats.

Pour lui, la solidarité du public était fervente et exemplaire durant ses six mois de détention et ce soutien ininterrompu pour lui et sa famille a été, dit-il, « d'un apport psychologique et politique immense face à cette rude épreuve et extrêmement difficile que j'ai subie dans ma chair ».

Mais l'activiste emprisonné depuis septembre 2019 rappelle le contexte dans lequel sa sortie de prison intervient pour inviter ses fans à s'abstenir de faire le déplacement à la prison de Koléa le jour programmé pour sa sortie. Rappelant les consignes strictes de distanciation sociale imposées pour limiter la propagation du coronavirus, il leur demande de "respecter ces consignes et ne pas faire le déplacement à l'occasion de cette sortie. Il s’agit de se préserver et ne pas s’exposer aux risques de contamination. Nous devons tous ensemble faire preuve de vigilance et d’esprit de responsabilité pour préserver notre santé et celle d’autrui".

Avant de conclure avec une citation de Abane Ramdane, Karim Tabbou donne rendez-vous à ses fans dans quelques jours pour faire part de ses suggestions, ses nouvelles et son vécu durant les six mois d'emprisonnement qu'il qualifie d'injuste.

« L'architecte de la Révolution et du Congrès de la Soummam, Abane Ramdane disait : Je connais chez les colonels une tendance à l’exercice d’un pouvoir absolu, ce sont des futurs potentats orientaux. Par leur attitude, ils sont la négation de la liberté et de la démocratie que nous voulons instaurer dans une Algérie indépendant ». Pour Karim Tabbou, cette citation « suffit pour comprendre notre situation d’aujourd’hui et pour fixer nos objectifs futurs ».

L'activiste du Hirak en Algérie sortira de prison le 26 mars prochain après avoir purgé sa peine d'une année de prison dont six mois avec sursis. Il était poursuivi pour atteinte au moral de l'armée et atteinte à l'unité nationale. Son procès a eu lieu le 4 mars dernier au tribunal de Sidi M'hamed d'Alger, alors que le verdict a été mis en délibéré pour le 11 mars.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : Karim Tabbou s’exprime depuis sa prison