Le coordinateur de l’UDS, Karim Tabbou a été victime, ce mardi 24 mars, d’un malaise à la cour de Ruisseau à Alger. Le militant politique a eu un pic de tension l'ayant conduit à des convulsions et une paralysie faciale, selon l’un de ses avocats Abdelghani Badi. Ce dernier a affirmé que le juge a insisté sur le jugement du leader de l’UDS malgré son état de santé très critique. 

Karim Tabbou se retrouve dans un état critique suite à la décision du juge de maintenir le procès malgré la demande de report formulée par ses avocats. Suite à ce malaise, le procureur général de la cour de Ruisseau (Alger) a refusé de recevoir une délégation des avocats de la défense des détenus. Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), le militant été évacué vers la clinique de cour alors que le juge a refusé de renvoyer et insiste sur la poursuite du procès.

Abdelghani Badi tire la sonnette d'alarme

Andelghani Badi a alerté l’opinion publique sur la dégradation de l'état de santé de Karim Tabbou. Il a appelé sur sa page Facebook à sauver l’ancien secrétaire général du FFS. Abdelghani Badi accuse les autorités judiciaires de vouloir juger Karim Tabbou coûte que coûte.

À lire aussi :  Vers une coopération nucléaire entre le Maroc et Israël

Il faut rappeler que Karim Tabbou devait sortir de prison, mercredi 25 mars, après avoir été condamné à une année de prison dont 6 mois ferme le 11 mars dernier. Quelques jours avant sa sortie une autre affaire concernant le coordinateur de l’UDS a été programmée pour le 23 mars. Reportée au 6 avril , elle a été programmée pour ce mardi 24 mars à la surprise générale.

Lire aussi: Karim Tabbou est arrivé blessé au tribunal de Sidi M’hamed

Plus d'informations à venir...