Le ministre tunisien de l’Energie, des mines et de la transition énergétique, Mongi Marzouk a révélé mardi 24 mars qu'il était en négociations avec son homologue algérien pour un nouveau contrat d’approvisionnement de la Tunisie en gaz. Le contrat entre les deux pays portera sur une durée de 10 ans, rapporte l'agence officielle tunisienne TAP.

Le ministre Mongi Marzouk indique qu'il s'était entretenu avec le ministre  algérien Mohamed Arkab sur la nécessité d’accélérer le renouvellement du contrat qui concerne l’approvisionnement de la Tunisie en gaz algérien. Il faut noter que le dernier contrat entre l'Algérie et la Tunisie n’est plus en vigueur depuis décembre 2019.

Renouvellement du contrat entre l'Algérie et la Tunisie pour de 10 ans

La Tunisie a ainsi sollicité son voisin algérien en vue de signer un nouveau contrat pour une période allant de l'année 2020 à 2030. En outre, M. Marzouk a rappelé que le gaz algérien représentait les 2/3 de la consommation du gaz en Tunisie. C'est pourquoi il a insisté sur la nécessité de conclure ce nouveau contrat, dans les plus brefs délais.

Par ailleurs, la même source rapporte que la conversation entre les deux parties a également concerné le renforcement de la coopération entre les deux pays. Surtout en cette période de crise sanitaire internationale avec la propagation du virus Covid-19 et les probables répercussions économiques sur les deux pays. Les deux hommes ont aussi évoqué la question de la coopération dans la production et la distribution de l’électricité entre la Tunisie, l’Algérie, le Maroc et la Libye, pour pouvoir faire face aux pics de consommation.

À lire aussi :  Le dinar algérien va encore être réapprécié, selon Tebboune

Rappelons qu'en février dernier,  le ministre de l’Energie Mohamed Arkab avait annoncé que les exportations de gaz de l'Algérie vers l’Europe ont baissé de 22% en 2019. À ce propos, Arkab avait estimé que cette baisse est due au changement de climat en Europe, il déclarait : « Nous avons réduit nos ventes vers l’Europe par ce temps clément qui a sévi en Europe durant l’hiver 2019 », ajoutant qu’il y a un réel risque que cela se passe ainsi cette année aussi.

Lire également : L’Algérie prend des mesures « urgentes » face à la chute drastique des prix du pétrole