Au lendemain de son procès ayant suscité une vive polémique, l’état de santé du militant politique, Karim Tabbou, victime d’un AVC lors de son procès surprise mardi à la Cour d’Alger, se serait sérieusement dégradé, selon ses avocats.

En effet, selon ses avocats, qui lui ont rendu visite ce jeudi à la prison de Koléa, le leader de l’Union démocratique et sociale (UDS) Karim Tabbou serait partiellement paralysé. « Son bras et son pied droits, ainsi que sa mâchoire inférieure sont paralysés. Karim Tabbou parle difficilement », ont-ils affirmé.

Son frère rassure

Djaffar Tabbou, frère de Karim, a annoncé ce jeudi sur les réseaux sociaux que la santé de l'opposant politique s’est améliorée. « Karim est en danger tant qu’il demeure en prison. Pourquoi et qui est derrière tout cela ? Des avocats ont pu lui rendre visite ce soir, même s’il montre des signes d’amélioration, son état de santé nécessite toujours une prise en charge médicale urgente », a-t-il écrit.

Le parquet d'Alger dément les informations des avocats

Le parquet général de la Cour d’Alger a démenti les informations selon lesquelles Karim Tabbou a été victime d’un AVC. Karim Tabbou « n’a pas été victime d’un AVC mardi lors de son procès en appel à la Cour d’Alger », a indiqué le parquet dans un communiqué rendu public ce jeudi 26 mars. « Karim Tabbou a subi des examens médicaux approfondis au CHU Mustpaha Bacha. Il a été pris en charge par trois professeurs spécialisés », a ajouté le parquet en ajoutant que « les examens subis par Tabbou écartent tout AVC ».

À lire aussi :  Le Maroc profite de la faiblesse du gouvernement espagnol

Rappelons que  Karim Tabbou a été condamné, mardi , en appel, à un an de prison ferme par le juge de la cour de Ruisseau (Alger), lors d’un procès expéditif marqué par son absence et sans que ses avocats ne soient informés. Avec cette condamnation, le militant doit attendre encore 6 mois de plus. Le procès en appel de Karim Tabbou été programmé à la surprise générale, par la cour de Ruisseau d’Alger, alors que les avocats de la défense n’ont pas été informé.

Lire aussi : Procès de Karim Tabbou : Le parquet général s’explique