L’ex-patron de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) Abdelghani Hamel a été condamné, ce mercredi 1 avril, à 15 ans de prison ferme par le tribunal de Sidi M'hamed, d'Alger. Cette peine a été assortie d'une amende de 8 millions de dinars.

L’homme fort de la police du temps du président déchu Abdelaziz Bouteflika était poursuivi dans plusieurs affaires de corruption. Plusieurs membres de sa famille y sont impliqués, dont sa femme et ses enfants. Parmi ces affaires, on trouve notamment celles liées au blanchiment d’argent, à l'enrichissement illicite, au trafic d’influence, et à l’obtention d’assiettes foncières par des moyens illégaux.

En outre, le même tribunal a condamné également les membres de la famille de Hamel. A l'instar de sa femme, Salima Annani condamnée à une peine de deux ans de prison ferme et un million de dinars d’amende. De son côté, le fils aîné de l’ex-DGSN, Amiar, a été condamné à 10 ans de prison ferme et à une amende de 6 millions de dinars.

Quant à son deuxième fils, Mourad, il a été condamné à 7 ans de prison ferme et à une amende de 5 millions de dinars. Alors que Chafik, a écopé d'une peine de 8 ans de prison et une amende de 5 millions de dinars. Enfin, sa fille Chahinaz a été condamnée à 3 ans de prison ferme et à une amende de 5 millions de dinars. Les sociétés des fils de Abdelghani Hamel ont également été condamnées à une amende de 32 millions de dinars.

Pour ce qui est des hauts cadres de l’Etat, l’ex-ministre de la santé Abdelmalek Boudiaf a été condamné à 3 ans de prison, décidée également à l’encontre l’ancien wali d’Oran Abdelghani Zaalane. L’ancien wali de Tlemcen, Bensebane Zoubir, a été condamné à 3 ans de prison, tandis que celui de Tipaza, Ghellaï Moussa, a écopé de 5 ans de prison ferme. Quant à l’ex-directeur général de l’OPGI, Mohamed Rehaïmia, il a été condamné à 3 ans de prison ferme et à une amende de 500 000 dinars.

Lire aussi : Procès de corruption : Abdelghani Hamel se dit victime d’une machination