Le tribunal de Sidi M’Hamed à Alger a condamné ce lundi 6 avril, l'activiste et président de l’association « Rassemblement Action Jeunesses », Abdelwahab Fersaoui à une année de prison ferme, indique un communiqué de Comité National pour la Libération des Détenus - CNLD. 

Le verdict est tombé dans le procès du détenu Abdelwaheb Fersaoui poursuivi pour “atteinte à l’intégrité du territoire national” et "incitation à la violence”. Le militant a été condamné à une année de prison ferme.

Le Comité National pour la Libération des Détenus dénonce dans son communiqué « l'acharnement judiciaire (qui) se poursuit contre les activistes et les détenus en cette période de confinement des citoyens. »

Lors de son procès qui s'est tenu le 23 mars dernier, le parquet avait requis une peine de deux années de prison ferme contre Abdelwaheb Fersaoui et une amande de 100 000 dinars. Le président de l'association RAJ a été arrêté le 10 octobre 2019 par des agents des services de sécurité en civil. Il a été interpellé à la fin d’un rassemblement de soutien aux détenus de la révolution.

Pour rappel, le tribunal de Bir Mourad Rais à Alger a condamné hier, le journaliste Sofiane Merakchi à 8 mois de prison ferme. Le journaliste algérien est poursuivi pour avoir fourni des images du Hirak à des médias étrangers notamment à la chaîne de télévision qatarie, Al Jazeera. Il pourra sortir de la prison, le 26 mai prochain après avoir purgé sa peine de 8 mois.

À lire aussi :  Affaire de l'imam Iquioussen : la France veut en finir, et vite

Lire aussi : Karim Tabbou condamné à un an de prison en l’absence de ses avocats