Zakaria Dahlouk, avocat du Trésor public, a révélé, dans une déclaration accordée au journal Le Soir d'Algérie, que les chiffres dans l'affaire de l'ex-patron du groupe ETRHB, Ali Haddad, dépassent de loin tout ce que l'on a pu imaginer.

En effet, Zakaria Dahlouk a qualifié les chiffres de l'affaire de l'oligarque Ali Haddad d' « astronomiques » et que c'est un « précédent » dans l'histoire de la justice algérienne. L'avocat du Trésor public a estimé, par ailleurs, que les sommes énormes de 50 millions d'euros et 10 000 milliards de dinars représentent un « préjudice » et « une perte pour l'économie nationale » a-t-il déclaré.

Zakaria Dahlouk a indiqué que l'ex-président du FCE a bénéficié, entre 2010 et le jour de son arrestation, de 275 marchés publics dans quatre ou cinq secteurs différents, dont l'agriculture, la pharmacie industrielle, l'hydraulique, les travaux publics et les mines. « Il a touché à tous les secteurs, tous les domaines, là il a mis la main sur tout ce qu’il pouvait obtenir » a-t-il déclaré en qualifiant l'ex-patron de l'ETRHB de « baron du cartel financier algérien ».

Par ailleurs, maître Zakaria Dahlouk a dévoilé le contenu du dossier de l'affaire Ali Haddad, parmi les révélations incroyables tant attendues au procès. Il y a 75 millions de dollars transférés illicitement à l'étranger, 55 sociétés détenues par lui et son frère Rebouh Haddad, 452 prêts bancaires, des sommes énormes qui se chiffrent en milliards, notamment au CPA, a-t-il fait savoir.

En outre, l'avocat du Trésor public a souligné que le dossier de l'affaire Ali Haddad est constitué de 720 pages.  « le tribunal de Sidi-M’hamed n’a pas encore eu le temps de finaliser son arrêt de renvoi, c’est un travail énorme » a-t-il-déclaré, affirmant que le procès pourra être programmé après la finalisation de l’arrêt de renvoi par le tribunal compétent.

Lire aussi : « L’Algérie doit à Ali Haddad des dettes énormes »