Le jeune écrivain algérien Abdelouahab Aïssaoui a décroché, mardi 14 avril, le prix international du Roman arabe 2020 "Booker" organisé à Abou Dhabi. Le romancier a été distingué grâce à son roman «  Eddiwan El Isbarti » (La cour de Sparte).

En effet, le livre relate une épopée du 19e siècle en Algérie, à l’époque où le pays vivait la fin du règne de l’empire ottoman et le début de la colonisation française entre 1815 et 1833.

La Cour de Sparte "invite le lecteur à mieux comprendre la vie sous occupation et les différentes formes de résistance qui s'y opposent", a déclaré l'écrivain et critique Muhsin al-Musawi, président du jury de cette édition. Et d'ajouter qu’ "avec sa structure narrative profonde et historique, le roman ne vit pas dans le passé, mais il invite plutôt le lecteur à remettre en question la réalité actuelle".

A noter que c’est la première fois qu’un écrivain algérien remporte ce prix. Financé par l'émirat d'Abou Dhabi, et soutenu par la fondation britannique Booker Prize, le prestigieux prix littéraire distingue chaque année des auteurs contemporains de langue arabe, dans le but de promouvoir les écrivains de la région sur la scène littéraire internationale.

Ce prix "confirme la place du roman algérien"

Né en 1985 à Djelfa, le romancier algérien Abdelouahab Aïssaoui a déjà reçu plusieurs récompenses en Algérie et dans le monde arabe pour ses œuvres.  Le lauréat du 13e Prix international du roman arabe recevra une récompense de 50 000 dollars et le financement de la traduction anglaise du roman « La cour de Sparte » publié en 2018 par les éditions algériennes Dar Mim.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

De son côté, la ministre algérienne de la Culture, Malika Bendouda a félicité le romancier algérien. Dans une publication sur la page Facebook du ministère de la Culture, Mme Bendouda a exprimé "son immense fierté de cet acquis qui confirme la place du roman algérien". "Il s'agit d'un nouvel exploit qui vient s'ajouter aux empreintes laissées par des créateurs algériens lors des manifestations internationales", a poursuivi la ministre.

Lire également : Le bédéiste algérien Nime lauréat du prix du courage artistique en France