Bien que l'Institut Pasteur d'Algérie ait affirmé que le professeur Idir Bitam ne faisait pas partie de son effectif, celui-ci continue de superviser les opérations et le processus de mise en service des laboratoires de dépistage de coronavirus. Jeudi 16 avril, il a procédé à la réception d'un laboratoire de ce genre dans la wilaya de Batna.  

« Le premier laboratoire d’analyses privé agréé pour le dépistage du nouveau coronavirus, Covid-19, à l’échelle nationale est entré en service jeudi à Batna, a indiqué le Pr Idir Bitam, spécialiste des maladies infectieuses", a rapporté, samedi 18 avril, l'agence officielle APS. Celle-ci présente le même spécialiste comme "un expert à l’institut Pasteur d’Alger et membre du staff chargé de l’agrément".

Pourtant, jeudi 16 avril, l’Institut Pasteur d’Algérie s'est démarqué formellement de la validation donnée par ce même professeur au laboratoire de dépistage du coronavirus de la wilaya de Bejaïa. « Toutes les expertises ou recommandations émises par le Pr Bitam n’engagent en aucun cas l’Institut Pasteur d’Algérie, d’autant que le Pr Bitam ne fait pas partie des effectifs de l’Institut et les missions d’expertise effectuées par nos experts et équipes font l’objet d’un ordre de mission officiel», avait indiqué l'IPA dans un communiqué publié jeudi sur sa page Facebook.

À lire aussi :  En Kabylie, l'arbitrage d'un tournoi de football par des femmes fait polémique

Le directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie, Fawzi Derrar, était même revenu à la charge à travers un autre communiqué. Il précisait : « Nous avons publié cette précision pour éviter tout amalgame. Nos équipes interviennent pour accompagner les laboratoires. Le Pr Idir Bitam est un ami et je n’ai aucun doute sur son domaine de compétence ; j’ai seulement précisé qu’il ne fait pas partie de nos effectifs".

Cette réaction de l'IPA a suscité une vive polémique dans la wilaya Bejaïa. Une polémique qui risque d'enfler davantage après que le professeur Bitam a accompagné la mise en service d'un laboratoire à Batna, sans que l'Institut Pasteur ne réagisse.