Selon le quotidien Français Les Echos, l'Italie se dirige vers la régularisation de 200 000 sans-papiers. Un décret sera prochainement adopté à cet effet, a affirmé le média français lundi 20 avril. Selon la même source, ils sont plus de 600 000 personnes à vivre clandestinement dans ce pays, parmi lesquels des Algériens qui peuvent donc espérer bénéficier de cette large mesure de régularisation, qui est la plus importante depuis plus d'une décennie en Italie. 

Il faut noter que la crise due au coronavirus est pour beaucoup dans cette décision du gouvernement Italien. En effet, cette maladie a rouillé la machine économique du pays, frappé lourdement par cette pandémie. C'est surtout le secteur de l'agriculture qui s'est retrouvé en panne, sachant que ce domaine a été toujours porté par des bras étrangers. Ces derniers ont été contraints de se confiner pour freiner la propagation du Covid-19. Certes, la grande partie de la main-d'oeuvre agricole vient des pays de l'Europe de l'Est, mais beaucoup de Maghrébins, dont des Algériens, la composent.

Ainsi, ce sont les craintes sur le secteur de l'agriculture qui ont incité les autorités de ce pays à opter pour la régularisation d'un nombre considérable de sans-papiers. Confagricoltura et Coldiretti, les principaux représentants du secteur agricole transalpin, ont demandé la régularisation d'une partie des 600 000 sans-papiers présents en Italie, écrit le média français Les Echos. Et de rappeler que beaucoup travaillent déjà de manière illégale dans les champs.

À lire aussi :  Emmaüs Toulouse : Bons plans pour les étudiants en France

La proposition, soutenue par les ministres de l'Intérieur, du Travail et de l'Agriculture, devra faire l’objet d’un décret qui sera prochainement adopté pour régulariser environ 200 000 étrangers en situation irrégulière. Ces derniers auront ainsi la possibilité d'obtenir un contrat de travail dans la filière agricole.

Notons que la ministre de l'Agriculture, Teresa Bellanova, réclamait cette mesure depuis le mois de janvier. Elle était revenue à la charge dernièrement à travers une correspondance publiée par des médias locaux.

Lire aussi : Régularisation des sans-papiers en France : Les appels se multiplient