La justice algérienne a décidé, ce mercredi 22 avril, de libérer provisoirement le PD-G du groupe Condor, Abdelmalek Benhamadi, a-t-on appris de sources concordantes. L’homme d’affaires se trouvait en prison depuis plusieurs mois.

En effet, la chambre d'accusation du Conseil judiciaire d'Alger a décidé de libérer l'homme d'affaires Abdelmalek Benhamadi. Le gérant du Groupe Condor bénéficiera de la libération conditionnelle. Abderrahmane Benhamadi avait été placé en détention provisoire à Alger en août 2019 en compagnie de deux de ses frères et une dizaine d’autres décideurs algériens. Il se trouvait depuis à la prison d’El Harrach.

Benhamadi est accusé de corruption et blanchiment d’argent

Le tribunal d’Alger, avait indiqué qu'une enquête préliminaire conduite par la gendarmerie nationale avait abouti à de nombreuses accusations. Il s'agit entre autres de « financement occulte des partis politiques, bénéfice du pouvoir et de l’influence des agents de l’Etat, des collectivités locales, des entreprises et des institutions publiques de droit public, des entreprises publiques-économiques, des entreprises publiques à caractère industriel et commercial lors de la passation des contrats, des marchés et d’avenants à l’effet d’augmenter les prix ou de modifier, en leur faveur, la qualité des produits et des services et de l’approvisionnement ».

Il est accusé également de « blanchiment d’argent et transfert de biens obtenus par des faits de corruption à l’effet d’en dissimuler la source illicite dans le cadre d’un groupe criminel, dilapidation et utilisation de fonds de banque, incitation d’agents publics à exploiter leur influence effective et supposée dans le but de bénéficier d’indus privilèges ».

Lire également : Quelle est la meilleure central vapeur Philips ?