Depuis le début de la pandémie du nouveau coronavirus, la plupart des chercheurs et des médecins pensaient que ce virus provoquait une infection grippale qui peut évoluer en pneumonie marquée par des difficultés respiratoires aiguës. Cependant, des études récentes démontrent que le virus du Covid-19 s'attaque également au système cardiovasculaires, aux reins et au cerveau.

En effet, des scientifiques de l'hôpital universitaire de Zürich, en Suisse, viennent de dévoiler les complications liées au nouveau coronavirus. Celles-ci s'avèrent bien plus importants que celles d'une simple infection pulmonaire. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue The Lancet.

Pour confirmer leurs soupçons, les scientifiques en question, dirigés par Zsuzsanna Varga, ont examiné un premier patient, âgé de 71 ans, décédé au 8e jour de son infection. Hypertendu, il a subi une transplantation rénale. L'analyse post-mortem a démontré la présence du virus dans le greffon (son nouveau rein), des corps apoptotiques dans le cœur, l'intestin grêle et les poumons.

L'analyse post-mortem d'un deuxième cas, une femme âgée de 58 ans, souffrant de diabète et d'hypertension, a démontré la présence d'une inflammation des cellules endothéliales dans les poumons, le coeur, les reins et le foie. Aussi, l'étude de ce deuxième cas a observé la présence d'une nécrose des cellules hépatiques.

À lire aussi :  Agression de Salman Rushdie : Ce que l'on sait et son état de santé

Enfin, l'analyse post-mortem d'un troisième cas, un homme de 69 ans souffrant d'hypertension, a révélé une réduction de la fonction d'éjection au niveau du ventricule gauche, une inflammation proéminente de l'endothélium des vaisseaux sous-muqueux, ainsi que des corps apoptotiques.

Dans ce cadre, Jacques Creteur, responsables des soins intensifs à l'hôpital universitaire Erasme de Bruxelles (Belgique), a fait savoir que certains des patients atteints du Covid-19 présentaient des risques d'insuffisance rénale. « Certains de nos patients doivent être dialysés pendant leur séjour aux soins intensifs », a-t-il déclaré.

A signaler que les dernières données publiées par l'institut américain Centers for Disease Control and Prevention (CDC) corroborent les recherches menées en Suisse. En examinant au microscope des échantillons de tissus de patients décédés, il apparaît que le Covid-19 est une inflammation vasculaire systémique. Ce qui explique pourquoi cette maladie provoque autant de problèmes cardiovasculaires et de défaillances dans les organes vitaux.

Notons que, selon une autre étude menée par une équipe de scientifiques chinois, un tiers des cas contaminés par le coronavirus présentent des symptômes neurologiques, tels que des maux de tête, une altération de la conscience, mais aussi des accidents vasculaires et des convulsions.