La compagnie nationale Air Algérie a augmenté considérablement le volume de ses vols de fret vers la France depuis le début de la pandémie. En effet, depuis la suspension du trafic aérien et maritime entre les deux pays, Air Algérie a démultiplié par 4 ses vols de fret par semaine vers la France, a indiqué, mercredi 29 avril, Rabah Midou, DG de la filiale cargo d’Air Algérie.  

Le directeur général d’Air Algérie cargo a assuré que la compagnie aérienne nationale a augmenté les capacités d'importation et d'exportation de produits et marchandises en passant de 5 à 6 vols par semaine à destination de la France avant le début de la pandémie de Covid-19 à une vingtaine de vols par semaine. Il indique également que la compagnie demeure mobilisée et prête à servir, à la demande de tous les opérateurs économiques vers toute destination.

Les avions de fret d’Air Algérie transportent quotidiennement des cargaisons de marchandises à l’aller et reviennent chargés d’équipements et autres produits importés au profit d’opérateurs publics ou privés, notamment des produits pharmaceutiques. Les appareils cargo de la compagnie nationale rapatrient également les dépouilles d'Algériens décédés en France. D'ailleurs, plus de 541 dépouilles ont été rapatriées en Algérie depuis le 19 mars dernier.

Concernant l'exportation des dattes algériennes vers la France, Rabah Midou a révélé qu’en moyenne 2 à 3 vols sont effectués chaque jour à destination de Paris, Lyon et Marseille. Trois villes où une grande communauté algérienne est établie et qui enregistrent une forte demande sur les dattes, notamment durant ce mois de Ramadan.

À lire aussi :  Vols vers la France : Des ressortissants algériens lancent une pétition

Air Algérie traverse une crise sans précédent

En revanche, la suspension du trafic aérien de passagers depuis plus d’un mois en raison de la crise sanitaire causée par la pandémie de coronavirus a impacté fortement les caisses d’Air Algérie. Les pertes financières que subit la compagnie menace sérieusement sa survie.

En effet, Air Algérie traverse une crise sans précédent qui la menace plus que jamais de la faillite. Les ressources financières de l’opérateur national ne lui permettent plus de couvrir la masse salariale de ses employés. Sans oublier son engagement à rembourser les clients ayant vu leurs vols annulés.

La direction générale de la compagnie nationale a prévu une réunion importante le 7 mai prochain en présence des délégués du Syndicat national des techniciens de la maintenance avion (Sntma), des délégués et représentants du Syndicat des pilotes de ligne algériens (SPLA) ainsi que les représentants du syndicat de l’UGTA Entreprise.  

Les responsables envisagent un plan d’urgence soutenu par les pouvoirs publics pour sauver l’entreprise de la disparition. Air Algérie prévoit, aussi, une restructuration massive de ses agences à l’étranger et une optimisation de ses effectifs en fonction des activités opérées.

Par ailleurs, le transporteur aérien espère reprendre ses activités vers juillet-août. « Mais avant de parler de re-décollage, il faut d’abord que les pays rouvrent leurs frontières et lèvent les restrictions de déplacements », a confié le responsable de la communication, Amine Andaloussi.