Le Maroc continue ses attaques contre l’Algérie. La MAP, agence de presse officielle du royaume chérifien, a porté, vendredi 1er mai, de graves accusations contre les autorités algériennes au sujet des conditions de vie dans les camps des réfugiés sahraouis à Tindouf. L’Algérie est accusée d’avoir laissé les réfugiés à l’abandon dans ce contexte de propagation du coronavirus.

Le Maroc est prêt à tenter toutes les diatribes pour discréditer l’Algérie sur le plan international. Notamment au sujet des réfugiés sahraouis qui ont fui la répression du régime marocain. Celui-ci essaie de faire croire, à travers une dépêche de l’agence officielle, que les Sahraouis installés à Tindouf, dans le Sud de l’Algérie, sont livrés à l'abandon et à la pandémie.

Le voisin de l’Ouest accuse les autorités algériennes d’avoir caché les vrais chiffres des contaminations au coronavirus dans les rangs des réfugiés sahraouis. Selon la MAP, la population sahraouie établie à Tindouf est prise de « panique » après l'annonce de plusieurs décès du Covid-19.

« Cette déresponsabilisation de l’Algérie sur cette partie de son territoire aggrave, selon les experts, le risque d’une propagation à une large échelle qui dépasserait le périmètre de la zone en question pour atteindre d’autres régions dans le voisinage immédiat en Afrique, au Maghreb et en Méditerranée, » lit-on sur la dépêche de la MAP. Rien que ça. L’Algérie causerait, donc, « par sa déresponsabilisation », la contamination de vastes régions de l’Afrique, du Maghreb et de la Méditerranée.

À lire aussi :  Le Maroc a humilié l'Espagne, selon un ancien premier ministre espagnol

Guéguerre entre le Maroc et l’Algérie au Parlement européen

Le régime marocain accuse également l’Algérie de travailler dans les coulisses du Parlement européen afin d'avancer « ses pions au Parlement européen pour minimiser l'ampleur du drame sanitaire que vivent les laissés-pour-compte de Tindouf », écrit-on. La MAP cite la députée portugaise Sandra Pereira, qui avait adressé une question à la Commission européenne pour dénoncer la répression au Sahara occidental et appeler à élargir les prérogatives de la Minurso. La députée portugaise avait aussi rappelé la légitimité d’une représentativité de la population sahraouie par le Front Polisario.

Même que si l'agence officielle du Maroc tente de l’ignorer, la Conférence européenne de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (Eucoco), tenue le 17 avril dernier, a salué les "efforts remarquables" déployés par le gouvernement algérien pour assurer l’approvisionnement des camps des réfugiés.

L’organisation a alerté vivement la Communauté internationale sur la double peine que les Sahraouis ont désormais à affronter suite à cette crise internationale. "L’exil et le refuge qui sont déjà un isolement et maintenant le confinement qui les prive d’une grande part de l’arrivée des aides alimentaires avec l’arrêt du transport", a- t-elle souligné lors de la réunion.

Lire aussi : Colonisation du Sahara occidental : « La France a des intérêts derrière son soutien au Maroc »