L’armée française veut-elle semer la zizanie entre les Algériens ? C'est ce que laisse comprendre une photo partagée, le 27 avril, par l'Etat-major français sur son compte Twitter. L’armée française a pris le soin de séparer la Kabylie du reste de l’Algérie. Cette publication, qui met en avant une vision divisionniste, suscite une vive polémique en Algérie.

La publication de l’Etat-major des armées françaises est accompagnée de l'expression : « On garde le cap ! ». La photo montre un soldat français en train de clouer des plaques directionnelles représentant différentes destinations géographiques du monde, dont l'Ukraine, Bayonne et l'Algérie.Seulement, sur la plaque représentant l’Algérie, le drapeau national et les initiales DZ sont joints de la mention Tizi Ouzou, du drapeau berbère et du terme Bylka, désignant Kabyle en verlan.

 

Le Tweet partagé par l’Etat-major français a suscité de vives réactions des internautes algériens. Ils sont nombreux à y voir « l'apologie d'un séparatisme haineux de la France qui menace l’unité du pays » . « Cette photo met en avant votre mauvaise foi et votre haine de l’Algérie et du peuple algérien. Vous aspirez à diviser notre pays », accuse l'un d'eux.

À lire aussi :  Allocation touristique : Que peut faire un touriste algérien avec 100 euros ?

Certains commentaires soutiennent, en revanche, que l’Algérie dispose de deux drapeaux : le drapeau national et l'emblème berbère. « Moi, les deux me représentent », écrit un autre internaute. D’autres, plus radicaux, affirment qu’il ne faut nullement confondre entre Algérie et la Kabylie. « Merci d’indiquer que le drapeau algérien ne représente nullement la Kabylie », souligne un autre.

Certains internautes algériens rappellent que la France abrite le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK). Le mouvement, présidé par Ferhat Mhenni, a élu, depuis sa création, la France comme terre d’accueil. C'est en 2010, depuis Paris, que Ferhat Mhenni a annoncé la création du Gouvernement provisoire kabyle (GPK), l’Anavad.