Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a estimé que l’Algérie était proche de la sortie de la crise sanitaire. Mais, selon lui, le comportement de certains citoyens, peu précautionneux, a tout gâché. Lors d’une rencontre de sensibilisation sur le coronavirus qu’il a animée ce mardi 5 mai, le ministre a affirmé que des consommateurs n’ont pas respecté les mesures sanitaires.

L’Algérie enregistre, depuis le début du Ramadan, une hausse alarmante des contaminations au Covid-19. Depuis le 24 avril dernier, pas moins de 1 731 nouveaux cas ont été recensés. Pour le ministre du Commerce, cette situation est essentiellement due au non-respect des consignes sanitaires.

“On avait procédé à l’ouverture de certains commerces, car nous avions estimé que la situation liée au coronavirus était maîtrisée. Nous étions proches de la sortie de la crise sanitaire. Mais le comportement de certains consommateurs, qui ont bafoué les mesures barrières, a tout remis en cause”, a estimé le ministre du Commerce.

Vers la prolongation du confinement sanitaire

Devant cette situation, le gouvernement a décidé d’une nouvelle fermeture des commerces autorisés à rouvrir la veille dans de nombreuses wilayas. Une autorisation de reprise qui était loin de faire l’unanimité en Algérie. Des scientifiques et médecins avaient sévèrement critiqué cette décision. Il faut dire que le gouvernement a “lâché” cet assouplissement sans prendre, au préalable, des mesures pour l’encadrer. “Les appels” à l’adresse des consommateurs et des commerçants ne suffisent pas pour éviter une recrudescence d’infections.

D’ailleurs, les conséquences ne se sont pas faites attendre. Au regard des dernières évolutions de la situation épidémique, même le déconfinement, que certains annoncent pour le 14 mai, risque d’être repoussé. Certes, les décès sont en baisse, mais le nombre quotidien des contaminations connaît une courbe ascendante depuis le début mois sacré.

Lire aussi : Hausse du nombre des cas de Covid-19 en Algérie : Les explications de l’Institut Pasteur