Les soutenances des thèses de master et de doctorat sont maintenues dans les universités algériennes, sous certaines conditions. Dans le contexte sanitaire actuel du coronavirus et la fermeture des universités, le ministère de l’enseignement supérieur envisage l’autorisation des soutenances à huis clos. Les séances doivent se dérouler dans le respect des mesures de lutte contre le coronavirus et de la distanciation sociale.

Les services du ministère de l’enseignement supérieur ont adressé lundi dernier, une note aux directeurs des conférences universitaires et aux recteurs des universités les informant de l’autorisation de la tenue des soutenances en cette fin d’année. Les étudiants ayant bouclé leurs travaux de recherche pourront donc, organiser leurs soutenances. Cette décision concerne les thèses de fin de cycle à savoir le Master 2 et le doctorat.

Le ministère dirigé par Chems Eddine Chitour souligne que ces séances devraient se tenir à huis clos. Donc, en présence uniquement des étudiants ou doctorants, le président du jury et l’encadreur. Les thèses se dérouleront dans des salles fermées où l’accès sera pratiquement interdit à d’autres personnes.

Il s’agit de ne pas pénaliser les étudiants qui auront travaillé et finalisé leurs thèses pendant la période de confinement. Les mesures de prévention contre la pandémie et le respect de la distanciation sociale sont par ailleurs, recommandées.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Pour rappel, Chems Eddine Chitour a déclaré, la semaine dernière, que la rédaction des thèses du doctorat se fera obligatoirement en anglais. Cette nouvelle décision entre dans le cadre de la généralisation de l’anglais dans les universités algériennes. Cette mesure entrera en vigueur dés l’année prochaine. Elle ne concernera donc pas les mémoires de l’année en cours.

Le ministre a insisté sur l’importance de passer vers la généralisation de la langue anglaise dans l’enseignement supérieur. Cette approche représente, selon lui, la meilleure voie qui permettra à l’université algérienne d’augmenter sa visibilité sur le plan international.

Lire aussi : Covid-19 en Algérie : Un plan d’urgence pour sauver l’année universitaire