L'Algérie s'approche du cap des 5 000 contaminations au Covid-19. Le pays continue à enregistrer un nombre élevé de cas atteint avec 159 nouveaux cas en 24 heures. Néanmoins, les autorités sanitaires du pays estiment que les indicateurs sont globalement positifs du fait que le nombre de décès est en baisse depuis de nombreux jours.

Pour ce mercredi 6 mai, ce sont 159 nouveaux cas qui ont été recensés en Algérie durant les dernières 24 heures. Ce qui porte le total de cas confirmés depuis l’apparition de la pandémie du Covid-19 en Algérie à 4 997 signalés dans les 48 wilayas. C'est ce qu'a annoncé le Pr Djamel Fourar lors du point de presse quotidien consacré à l’évolution de la pandémie.

Selon le représentant du ministère de la Santé, les wilayas au bilan le plus lourd depuis lundi sont Ouargla (23 nouveaux cas), Tiaret (16), Tipaza (13) et Oran (12). La wilaya de Blida reste toujours la plus touchée par la pandémie, avec 865 contaminations. Elle est suivie d’Alger (563 cas) et d’Oran (286 cas).

Du côté des décès, 6 nouveaux morts ont été enregistrés aujourd'hui dans 6 wilayas différentes. Il s'agit d'Alger, Oran, Tipaza, Tiaret, Mascara et Khenchela. Ce sont au total 476 décès qui ont été enregistrés en Algérie depuis l’apparition du premier cas dans le pays.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Les guérisons en augmentation, le gouvernement algérien se félicite du protocole

Par ailleurs, le nombre important guérisons continue à croître à un rythme élevé avec 130 nouveaux cas guéris portant le total à 2 197 cas rétablis. Il faut dire que les autorités sanitaires du pays ont exprimé leur optimisme quant l'évolution de la pandémie en Algérie.

À ce propos, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid s’est montré rassurant. « L’Algérie maîtrise la situation, notamment avec l’efficacité du traitement utilisé actuellement et qui a permis de réduire le nombre de décès et d’augmenter celui des guérisons», a-t-il déclaré ce matin à la radio algérienne. Et d’ajouter que «la maîtrise de la maladie, s’explique avec la baisse des nombres de décès et non pas celui des contaminations».

Pour sa part, Bekkat Berkani, membre de la commission scientifique du ministère de la Santé se félicite du fait que le protocole à base de chloroquine « a prouvé son efficacité et empêché de nombreux malades d’arriver aux salles de réanimation après leur avoir évité des complications graves ».