Le chef de l'état-major de l'ANP Saïd Chanegriha n'a pas eu besoin de citer le Maroc pour transmettre un message puissant à ses dirigeants. Notamment le roi Mohamed VI et son ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, ce dernier ayant eu un échange discourtois ces derniers jours avec le président algérien Abdelmadjid Tebboune.

Sans citer le pays voisin, la visite du général-major Saïd Chanegriha à la troisième région militaire est déjà un message en soi. Le patron de l'Armée algérienne s'est même offert un discours à l'occasion du troisième jour de sa visite à Bechar, non loin de la frontière algéro-marocaine, selon un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). Un discours d'une grande subtilité mais qui constitue un message d'une grande puissance en direction du Maroc.

Saïd Chanegriha n'a même pas cité le Maroc dans son intervention. Mais son discours a certainement traversé la frontière Ouest quand il a évoqué "l'importance vitale" de la troisième région militaire, dont la base est à Bechar. Il a en effet "mis l'accent sur l'importance vitale que revêt cette région militaire".

Chanegriha salue le rôle des militaires stationnés à la frontière avec le Maroc

Le royaume de Mohamed VI a certainement reçu le message. D'autant plus que Saïd Chanegriha n'a pas manqué d'évoquer les unités implantées à la frontière avec le voisin marocain. Dans cette intervention suivie par les personnels du Secteur opérationnel Nord, le chef de l'état-major de l'Armée algérienne a également insisté sur "le rôle efficace que jouent ses unités implantées le long de la bande frontalière du territoire de compétence, dans la sécurisation du pays contre tous les fléaux et les menaces".

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Par ailleurs, Saïd Chanegriha évoquera la colonisation française pour rappeler, sans citer le Sahara occidental, qu'il existe encore une colonie sur le continent africain. Il rappellera, dans le même sillage, les massacres du 8 mai 1945 que l'Algérie s'apprête à commémorer. "Cette mémoire qui demeurera gravée dans les esprits des générations qui se souviendront éternellement des massacres les plus cruels commis contre l'humanité durant le 20e siècle", soulignera le chef de l'ANP à Bechar.

Vif échange entre l'Algérie et le Maroc

Pour rappel, le chef de l'Etat algérien Abdelmadjid Tebboune a appelé, lundi 4 mai, à l'arrêt des hostilités dans certains pays, citant notamment la Palestine et le Sahara occidental. C'était lors d'une allocution prononcée devant les participants au Sommet virtuel des chefs d’Etat et de gouvernement du Mouvement des pays non-alignés.

"Depuis cette tribune, je lance un appel au Conseil de sécurité des Nations unies pour se réunir, dans les plus brefs délais, et adopter une résolution appelant solennellement à l’arrêt immédiat de toutes les hostilités à travers le monde, notamment en Libye, sans omettre les territoires occupés en Palestine et au Sahara occidental", avait soutenu le président algérien.

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, n'a pas tardé à répondre. Il accusera l'Algérie d'alimenter la déstabilisation régionale. Il l'accusera également d'alimenter le séparatisme, et ce, en violation des principes fondateurs du Mouvement des pays non-alignés. Cependant, Bourita a-t-il entendu le message de Chanegriha ?

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

Lire aussi : Le Maroc s’attaque de nouveau à l’Algérie