L’opération d’enregistrement des demandes de cartes de séjour et de droit d’asile a repris dans la plupart des préfectures et sous-préfectures de France. De nouvelles mesures liées à la lutte contre le coronavirus sont instaurées. Ainsi, les administrations informent que la présentation des dossiers ne se fera, désormais, que sur convocation. Les demandeurs étrangers, dont les Algériens, devront d’abord prendre rendez-vous auprès du service concerné. D’autres mesures sanitaires sont également de mise.

En effet, l’accueil des demandeurs de titres de séjour en préfecture ou sous-préfecture sera limité uniquement aux personnes munies d’une convocation. Les préfectures dans le département du Nord précisent que « les services des étrangers de la préfecture du Nord reprendront l'accueil du public sur rendez-vous le 15 juin 2020. Seul l'accueil des demandeurs d'asile dûment convoqués et porteurs de leur convocation reprendra dès le 11 mai. »

Dans le département d'Ille-et-Vilaine, les services de séjour, de l’asile et des naturalisations accueilleront des usagers dans le strict respect des mesures sanitaires. « Seules les personnes qui ont un rendez-vous et seules les personnes concernées directement par les démarches seront accueillies. Il conviendra également de ne pas venir avec ses enfants quand leur présence n’est pas obligatoire », indique-t-on.

Par ailleurs, en Île-de-France, les dispositifs d’enregistrement des demandes de séjour et de droit d’asile ne seront rouverts au grand public qu’au mois de juin prochain, « à une date qui sera précisée ultérieurement », a fait savoir la préfecture de police de Paris.

À lire aussi :  Air Algérie lance ses vols sur le réseau africain

La semaine dernière, la Cour des comptes avait critiqué les lourdeurs administratives qui entourent le droit au séjour en France. La Cour propose la modernisation des procédures, l’allongement de la durée et le renouvellement automatique de certains titres de séjour. Car elle juge que les procédures de l’immigration régulière sont devenues « inutilement longues et complexes » et portées sur la « maîtrise » des flux.

Lire aussi : Titre de séjour pour les Algériens en France : Vers la simplification des procédures