L’ambassade du Maroc à Alger a réagi, mercredi 13 mai, à l'affaire du consul marocain à Oran qui avait tenu des propos graves contre l’Algérie, en la qualifiant de « pays ennemi ». Dans une déclaration faite au média marocain Le 360, le représentant du royaume chérifien soutient que la vidéo est « truquée », tout en soulignant « la fraternité » qui caractérise les relations entre le Maroc et l'Algérie.

La vidéo, montrant une discussion entre le consul du Maroc à Oran, dans l’ouest de l’Algérie, et des ressortissants marocains, a provoqué un tollé en Algérie et au Maroc. L’ambassade du Maroc à Alger a tenu à apporter sa version au média marocain. « La vidéo a fait l’objet d’un montage pour faire tenir à notre diplomate des propos qu’il n’a proférés à aucun moment», indique une source autorisée à l’ambassade du royaume chérifien à Alger. « De toute manière, ce n’est pas la teneur de la même vidéo qui nous a été transmise le lundi 11 mai», soutient la même source.

En outre, le représentant du Maroc en Algérie estime que « cette vidéo retravaillée avec les propos prêtés à notre consul général va à l’encontre des fondements essentiels des relations du Royaume du Maroc avec l’Algérie. Des relations fondées sur la fraternité et le bon voisinage ».

Aucune réaction des gouvernements algérien et marocain

Dans la journée de mercredi, une source diplomatique algérienne avait qualifié ces propos de « graves, irresponsables et inacceptables ». Et d’ajouter que la mission de ce consul «en tant qu’officiel exerçant en Algérie, est de contribuer au renforcement des relations d’amitié avec le pays accréditaire conformément à l’esprit et à la lettre de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques». Cependant, il faut noter que les deux gouvernements n'ont pas réagi officiellement à cet incident. Du moins jusqu'à cette matinée de jeudi.

Pour rappel, le consul du Maroc à Oran avait qualifié l’Algérie de « pays ennemi », alors qu’il tentait de calmer la colère de ses concitoyens bloqués en raison du coronavirus. La vidéo en question a aussitôt fait le tour des réseaux sociaux, déclenchant une grosse vague d’indignation aussi bien chez les Algériens que chez les Marocains.

Lire aussi : Quand la presse marocaine accuse l’Algérie d’espionnage