L'obligation du port du masque de protection contre le coronavirus dans les lieux publics est sérieusement envisagée en Algérie. Cette disposition est tributaire, en fait, de la disponibilité des bavettes en quantité suffisante. Cependant, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a assuré que l'Algérie est en passe de régler définitivement le problème de cette pénurie. 

Le port du masque « deviendra obligatoire une fois disponible en quantité suffisante à travers tout le territoire national ». C'est ce qu'a déclaré le ministre de la Santé, en marge de la visite effectuée, en compagnie de son homologue de la Solidarité nationale, Kaouter Krikou, samedi 16 mai au domicile de la famille du médecin Wafa Boudissa, décédée vendredi du Covid-19, à l’hôpital de Aïn Kbira (Sétif).

Benbouzid a affirmé, à cette occasion, que le port du masque dans les lieux publics demeure, pour l'heure, le meilleur moyen de limiter les risques de propagation du coronavirus. "Il y a véritablement un manque de masques depuis le début de la crise du Covid-19, mais néanmoins, ils seront bientôt disponibles en quantité suffisante", promet le ministre. Il faut donc s'attendre à ce que le gouvernement rende obligatoire le port du masque dans les jours à venir.

"La situation épidémiologique est stable"

Par ailleurs, le ministre de la Santé a également fait savoir que « la situation épidémiologique est stable, qu’il s’agisse des nouveaux cas ou bien du nombre de décès », soulignant que « l’augmentation du nombre de cas positifs au Covid-19 s’explique par la hausse du nombre de centres de dépistage qui s’élève à 26 à travers tout le pays ».

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

Rappelons qu'à partir de ce dimanche 17 mai, les commerçants seront obligés de porter le masque de protection. A défaut, ils encourent de fortes sanctions allant jusqu'à la mise sous scellés de leurs locaux.