Le FLN et le RND semblent vouloir sortir de leur longue léthargie pour se mettre en ordre de bataille au service de la présidence de Abdelmadjid Tebboune. Ces deux partis du système vont tenir à la fin du mois de mai des échéances organiques qui leur permettront de changer de secrétaires généraux.

Visiblement, le chef de l'Etat a encore besoin des appareils du FLN et du RND pour mettre en oeuvre sa feuille de route, notamment son projet de révision constitutionnelle qui ouvrira la porte à toute sorte de réformes et à des élections législatives et locales, nécessitant la mobilisation de ses soldats politiques.

C'est ainsi que l'ex-parti unique compte tenir son Comité central le 30 mai prochain avec à l'ordre du jour la désignation d'un secrétaire général en vue de mettre fin au long intérim de Ali Seddiki. Le sénateur Abdelouahab Benzaïm est pressenti pour la relève.

Benzaïm, un soutien de Tebboune à la tête du FLN ?

C'est lui qui a soutenu Abdelmadjid Tebboune en tant candidat alors que la direction de son parti avait soutenu le candidat rival, en l'occurrence le secrétaire général du RND Azzedine Mihoubi. Il avait même intégré son staff de campagne à l'occasion de la campagne pour la présidentielle du 12 décembre 2019.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Quant au RND, il tiendra un congrès extraordinaire les 28 et 29 mai au Centre international des conférences à Alger pour élire un remplaçant à Azzedine Mihoubi. Ce dernier a pris l'intérim à la tête du parti après l'incarcération de son ex-patron Ahmed Ouyahia dans des affaires de corruption. Ses camarades au sein du parti ne veulent visiblement pas oublier l'épisode de son plébiscite, rendu possible grâce à des pressions fortes du clan Ouyahia.

Le RND règle ses comptes avec les acolytes d'Ouyahia

Il faut dire que le RND a aussi son poulain susceptible de plaire au chef de l'Etat qui cherche à s'appuyer sur des personnes de confiance. Il s'agit de Tayeb Zitouni qui n'est autre que le PDG de la Safex qui a déjà tenté de prendre les rênes du RND en juillet 2019, avant que les amis d'Ouyahia n'imposent Mihoubi. A noter que Tayeb Zitouni a déjà eu à présider la l'Assemblée communale d'Alger.

Donc, les deux partis du pouvoir ont décidé de sortir de leur coma engendré par la destitution de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika qu'ils ont soutenu inconditionnellement. Leurs dirigeants s'apprêtent alors à changer de têtes et de directions pour apporter leur soutien, certainement inconditionnel, au nouveau chef de l'Etat.

Lire aussi : RND : Azzedine Mihoubi règle ses comptes