Les Algériens devront obligatoirement porter leurs masques. En effet, le gouvernement algérien a annoncé ce mercredi 20 mai que le port du masque deviendra obligatoire à tous les citoyens. Et ce partir du premier jour de l'Aïd el-Fitr. En outre, les autorités algériennes annoncent des sanctions à toute personne refusant de se soumettre à cette directive.

Le gouvernement a décidé lors de sa réunion d'aujourd'hui, mercredi, d'obliger les citoyens à appliquer le port des masques dès le premier jour de l'Aïd el-Fitr. Et ce afin de réduire la propagation de l'épidémie du Covid-19.

Ainsi, dans son communiqué, le Premier ministère indique qu' "en plus de la distanciation social",  "il est strictement interdit d'entrer dans les lieux publics tels que les marchés couverts et non couverts, les magasins, les cimetières, etc. sans porter de masque". Le communiqué ajoute que le non-respect de cette procédure stricte "expose le contrevenant à des sanctions légales".

En outre, le Premier ministère précise que "cette mesure s'inscrit dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Elle intervient à la lumière des rassemblements et visites familiales que l'occasion de l'Aïd connaît". La même source indique que "les citoyens auront un grand accès pour obtenir des masques". Et d'ajouter que les différente comités et associations " assureront le processus de distribution aux citoyens".

À lire aussi :  Soixante ans après l'indépendance, ces Algériens papis-portefeuilles

Notons que cette nouvelle mesure intervient au lendemain des décisions prises par le gouvernement algérien. Ce dernier a, pour rappel, décidé de renforcer les mesures de confinement pendant les deux jours de l’Aïd el-Fitr en Algérie.

Le prix des masques plafonné à 40 dinars

Par ailleurs, le professeur Riad Mehyaoui, membre du comité scientifique a déclaré, aujourd'hui, que le prix des masques de protection est fixé à 40 DA en Algérie. Intervenant sur les ondes de Radio Chaîne 3, Pr Mehyaoui a assuré que le masque de protection sera disponible en quantité suffisante. "On ne sait pas ce qui va se passer, mais le port du masque est un élément salvateur" insiste-t-il. A ce titre, le spécialiste cite en exemple la ville allemande Léna qui a éradiqué, en avril dernier, la pandémie du coronavirus grâce au port du masque.

Lire également : Algérie-Tunisie : Coopération commune pour la lutte contre le coronavirus