Le projet de révision de la Constitution en Algérie anime la scène politique depuis quelques jours. Parmi les points qui chauffent les débats, la disposition permettant aux troupes l'Armée algérienne (ANP) d'intervenir à l'étranger. La dite disposition ne fait en effet pas l'unanimité au sein de la classe politique algérienne. L'état-major de l'armée a rompu le silence mardi 19 mai et s'est exprimé sur le sujet. 

Intervenant sur le plateau de la télévision publique, le lieutenant-colonel Mustapha Merah, de la direction de la communication, de l’information et de l’orientation de l’ANP, a soutenu qu'en réalité « la constitutionnalisation de l’envoi de troupes de l’Armée nationale populaire à l’étranger est une protection pour l’armée ».

Et d'expliquer : « C’est une protection parce qu’elle s’appuie dans cette question sur la volonté populaire qui est incarnée par le Parlement, avec ses deux chambres ». Ajoutant dans le même sillage que « cette disposition ferme la porte à toute action en dehors du cadre de la Constitution. Cet amendement signifie que c’est la volonté populaire qui est souveraine, et c’est elle qui décide ».

Ce que prévoit le projet de la révision de la constitution

Mustapha Merah a indiqué par ailleurs que l'armée algérienne n'interviendra pas dans des conflits qui ne concernent pas l'Algérie. Il a également affirmé que l'ANP « ne renoncera pas aux principes et valeurs de la glorieuse révolution de novembre, principes qui ont fait la fierté de l'Algérie », soulignant que « l'Armée nationale populaire continuera à être la protectrice du pays et du peuple ».

A noter que le projet de révision de la Constitution indique dans son article 30 que « l’Algérie peut, dans le cadre des Nations unies, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, et dans le plein respect de leurs principes et objectifs, participer à des opérations de maintien et de restauration de la paix ».
L'amendement donne le pouvoir au président de la République « d’envoyer des unités de l’armée à l’étranger après vote de la majorité du Parlement par les deux tiers de ses membres », selon l’article 95.

Le PT s'oppose

Parmi les partis politiques qui ont critiqué cette disposition, il y a le Parti des travailleurs (PT) qui parle d'une « dérive sans précédent », dans un communiqué rendu public dernièrement. « Mais qu’est-ce qui motiverait une telle aventure, celle de transformer notre Armée nationale en une armée supplétive des armées des grandes puissances alors que le président Tebboune lui-même avait écarté cette option de manière catégorique quelques jours auparavant ? Qui peut accepter la destruction de notre identité par l’abandon des principes qui ont guidé notre politique étrangère dans sa globalité (diplomatique et militaire) des principes qui ont préservé notre souveraineté et notre indépendance », écrit-il.

À lire aussi :  Patrick Bruel, le fils prodigue de Tlemcen, de retour en Algérie 60 ans plus tard

Lire aussi : Algérie-Maroc : Le message du général-major Saïd Chanegriha à Mohamed VI