Le directeur de la santé et de la population (DSP) de la wilaya de Tizi Ouzou, en Kabylie, a été limogé, mercredi 20 mai, après plusieurs années de règne sans partage. Le professeur Abbes Ziri, longtemps décrié, a été remplacé provisoirement par un de ses chefs de service, Djamel Selmi.

Il faut dire que le départ du professeur Ziri était dans l'air depuis plusieurs mois. Dénoncé par de nombreux collaborateurs, le désormais ex-DSP de Tizi Ouzou a résisté à toutes les tempêtes qui le ciblaient. Mais visiblement, la pandémie de coronavirus a eu raison de sa ténacité. Son bilan en dents de scie était en fait une aubaine pour tous ceux qui voulaient le dégommer depuis plusieurs mois.

Abbes Ziri a occupé trois postes de responsabilité, à savoir directeur de l'EHS en psychiatrie Fernane Hanafi de Oued-Aïssi, directeur du CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou et directeur de la santé et de la population de la wilaya. Durant son parcours, il a eu des relations tendues avec différents collaborateurs, notamment des médecins chefs de service. Mais il avait des soutiens en haut lieu qui avaient empêché son limogeage, maintes fois décalé.

Il faut dire que rien n'a filtré sur les raisons officielles de ce limogeage. Les supputations parlent d'une mauvaise gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus. Elles parlent également de malversations dans son secteur, mais personne n'apporte des preuves ou des arguments sur ces accusations. Seul l'avenir donnera certaines réponses, notamment en cas de poursuites judiciaires que certains disent imminentes.

À lire aussi :  En Kabylie, l'arbitrage d'un tournoi de football par des femmes fait polémique

Enfin, c'est un chef de service à la DSP de Tizi Ouzou qui remplace le directeur déchu provisoirement, en attendant la venue d'un nouveau directeur de wilaya. Il s'agit de Djamel Selmi dont la nomination, même provisoire, n'a pas été du goût de beaucoup de membres de la communauté médicale et celle des pharmaciens.

Lire aussi : Kabylie : Premier cas confirmé de contamination au coronavirus