Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, s’est exprimé ce jeudi 21 mai sur la date de la levée du confinement en Algérie. Benbouzid indique qu’un plan de déconfinement ne sera envisagé que lorsque le nombre des contaminations au Covid-19 passera sous la barre des 50 cas par jour. Par ailleurs, Il prévoit un assouplissement de cette mesure sanitaire après l’Aïd el-Fitr.

Le ministre de la Santé a expliqué que ses services ont déjà élaboré un plan de déconfinement. « Nous avons élaboré un plan de déconfinement mais que nous gardons pour nous, tant qu’il n’y a pas de mesures ou de décisions de déconfinement », a-t-il annoncé sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale.

Le Pr Benbouzid précise, dans ce sens, qu’il n'y aura de levée de confinement qu’en présence d’« indices favorables » sur l’évolution de la situation sanitaire en Algérie. « Lorsque la courbe du nombre des contaminations et des décès s’améliorera, lorsque les chiffres baisseront, lorsqu’on aura suffisamment de certitudes qu’il n’y a pas de foyers de propagation, on proposera ces mesures de déconfinement », fait-il savoir.

Répondant à une question sur un éventuel renforcement des mesures de confinement à partir du 31 mai, date de la fin de la période de confinement instaurée par les autorités, le responsable indique qu’il prévoit « un assouplissement des mesures plutôt qu’un renforcement ». Il estime que l’Algérie pourrait lancer un plan de déconfinement lorsque le nombre des contaminations passera sous la barre des 50 cas par jour.

Port obligatoire du masque

A noter que le port du masque est obligatoire pour tous les citoyens à partir du premier jour de l’Aïd el-Fitr. Les autorités algériennes annoncent des sanctions contre toute personne refusant de se soumettre à cette directive.

Ainsi, le Premier ministère algérien a indiqué, dans un communiqué, qu’« en plus de la distanciation sociale », « il est strictement interdit d’entrer dans les lieux publics, tels que les marchés couverts et non couverts, les magasins, les cimetières, etc. sans porter de masque ». Le non-respect de cette directive stricte « expose le contrevenant à des sanctions légales », ajoute-t-on.

En outre, les autorités algériennes ont annoncé l’interdiction de toute circulation des véhicules pendant les deux jours de la fête religieuse de l’Aïd el-Fitr.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : La date du début du déconfinement fixée ?